Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 20:08

riddick.jpg

Sortie de "Riddick" : 18 Septembre 2013

Réalisation : David Twohy

 

Note : 0,5/5

 

Résumé : Riddick a été laissé pour mort sur une planète brûlée qui semble exempte de toute vie. Pourtant, il se retrouve rapidement obligé de lutter pour sa survie contre des prédateurs aliens plus mortels que tous les humains qu’il a affrontés au cours de sa vie. Il trouve un refuge précaire dans une ancienne gare de transit interstellaire désaffectée. La seule façon pour lui de s’en tirer est d’activer une balise d’urgence et d’alerter les mercenaires et autres chasseurs de primes, qui se ruent vers la planète à la recherche de leur proie.

 

Critique : Tiens, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu une merde pareille, excusez-moi du terme. Après avoir failli m'endormir à plusieurs reprises, je me suis forcée à rester éveiller pour regarder la suite du film. J'aurais du me rendormir.
Résumons Riddick en quelques points :
- un scénario d'une pauvreté extrême
- des acteurs au stade de la médiocrité ultime
- un ennui total
Voilà. Je m'attendais à beaucoup de rythme, de dynamisme, de créatures et de combats, ce qui n'est malheureusement pas la réalité. Les acteurs sont vraiment mauvais, tous les uns autant que les autres. Les créatures se limitent à une seule espèce de scorpion ridicule, accompagnés de chiens léopards. Les mises en scènes et la réalisation sont d'une nullité affolante. C'est un bordel où l'on ne retient rien. N'allez surtout pas le voir, vous perdrez votre temps.


Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 14:06

blue-jasmine.jpg

Sortie de "Blue Jasmine" : 25 Septembre 2013

Réalisation : Woody Allen

 

Note : 3,5/5

 

Résumé : Alors qu’elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal, un homme d’affaire fortuné, battre sérieusement de l’aile, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa soeur Ginger afin de remettre de l’ordre dans sa vie.

 

Critique : Je tiens tout d'abord à préciser que je n'ai jamais visionné de films de Woody Allen, Blue Jasmine étant mon premier. C'est une belle réussite, un très beau film « comique » si l'on peut dire et dramatique. Il est vrai que ce réalisateur a une manière de filmer et de réaliser qui lui est propre.
Blue Jasmine, c'est une histoire assez intime d'une femme de luxe qui tombe de haut, de très haut... Au point même que sa santé mentale en prend un grand coup. Cate Blanchett est absolument incroyable ! Sa façon de jouer frôle la perfection. Elle arrive à nous faire ressentir beaucoup d'empathie alors que son personnage n'est au final pas si à plaindre que cela.
Par des retours en arrière mélangés avec le présent, on y découvre sa vie réelle et intime, sa « descente aux enfers » pour elle, et un contraste entre sa vie de luxe et celle de sa sœur.
On ne peut s'empêcher de rire par les manies de Jasmine dans une classe sociale moyenne, trop habituée à l'argent et l'élégance. C'est la confrontation du jour et de la nuit.
Woody Allen nous livre un très beau film sur le portrait d'une femme désespérée.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 22:11

les-miller.jpg

Sortie de "Les Miller : Une Famille En Herbe" : 18 Septembre 2013

Réalisation : Rawson Marshall Thurber

 

Note : 5/5

 

Résumé : David Burke est un dealer à la petite semaine qui se contente de vendre sa marchandise à des chefs cuisiniers et des mamans accompagnant leurs fils au football, mais pas à des ados – car, au fond, il a quand même des principes ! Alors que tout devrait se passer au mieux pour lui, les ennuis s’accumulent… Préférant garder profil bas pour des raisons évidentes, David comprend, à son corps défendant, qu’on peut subir la pire injustice même lorsqu’on est animé des meilleures intentions : tentant de venir en aide à des jeunes du quartier, il se fait agresser par trois voyous qui lui volent sa marchandise et son argent. Il se retrouve dans une situation des plus délicates puisqu’il doit désormais rembourser son fournisseur, Brad. Afin d’éponger sa dette – et de rester en vie –, David n’a d’autre choix que de jouer dans la cour des grands en se rendant au Mexique pour ramener une importante cargaison de drogue à Brad. Réussissant à convaincre ses voisins – Rose, une strip-teaseuse cynique, Kenny, qui aimerait bien tester la marchandise et Casey, une ado débrouillarde couverte de tatouages et de piercings – de lui venir en aide, il met au point un plan censé être infaillible : avec ses complices qu’il fait passer pour sa femme et ses deux grands enfants, il met le cap sur le Mexique au volant d’un camping-car flambant neuf le jour de la fête nationale. Ce week-end risque bien d’être explosif…

 

Critique : Allez 5/5 ! Non pas parce que je considère ce film comme un chef d’œuvre, mais parce que cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ri devant une comédie au cinéma !
Composé d'un casting très sympa (Jennifer Aniston, Jason Sudeikis, Will Poulter et Emma Roberts), cette famille est aussi drôle qu'attachante. Enfin cette pseudo famille, car tous ont un milieu très différent, mais ces quatre personnes réunies ensemble nous promettent un cocktail explosif de gags en tout genre.
Les personnages secondaires que l'on rencontre tout au long de ce film y participent également beaucoup. L'histoire est fraîche, moderne, fun et on passe un VERITABLE moment de divertissement. On en ressort sous le charme.
Les Miller ont conquis l'Amérique, j'espère qu'ils en feront de même pour la France.
Je ne vais pas vous spoiler les scènes hilarantes, je vous conseillerai juste d'aller le voir vivement. Oubliez tous vos soucis, riez et amusez vous !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 21:58

rush

Sortie de "Rush" : 25 Septembre 2013

Réalisation : Ron Howard

 

Note : 4/5

 

Résumé : RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari. Issu de la haute bourgeoisie, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs tout débuts.

 

Critique : Rush est un biopic haletant et véritablement prenant. Deux figures s'y opposent : James Hunt et Niki Lauda, deux grands rivaux dont la relation qui les lie n'est pas seulement question de compétition mais de bien plus...
Même si vous n'êtes pas portés sur la course automobile et la Formule 1, en aucun cas cela ne vous empêchera d'apprécier ce film.
Les deux acteurs sont stupéfiants. Chris Hemsworth alias James Hunt montre qu'il peut être plus qu'un superhéros Marvel, et sous ses airs de tombeur dans le film, il nous montre son efficacité dans des rôles plus "sérieux". Daniel Brülh alias Niki Lauda a été mon coup de cœur : ne connaissant pas vraiment cet acteur, j'ai tout de suite adoré sa performance. Il incarne un homme carré, organisé, très attaché aux règles, s'exprimant d'une façon particulière mais n'hésitant pas quitte ou double à risquer sa vie pour sa passion, qui d'ailleurs aura failli lui faire perdre la vie...
La ressemblance entre les acteurs et leurs modèles est assez troublante et cela ne fait que renforcer le côté plus réaliste et biographique du film.
La relation qu'ils entretiennent tout au long de l'histoire est très intéressante du point de vue évolutif. Les courses de Formule 1 sont bluffantes, notamment celle de l'accident de Lauda. La dynamique du film est telle d'une course automobile où l'on n'a pas le temps de souffler. En sortant de Rush, on aurait presque envie de s'y mettre !
Rush est sûrement un des meilleurs films traitant de Formule 1, mené par de grands acteurs.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 23:17

ma-vie-avec-liberace.jpg

Sortie de "Ma Vie Avec Liberace" : 18 Septembre 2013

Réalisation : Steven Soderbergh

 

Note : 4,5/5

 

Résumé : Avant Elvis, Elton John et Madonna, il y a eu Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, bête de scène et des plateaux télévisés. Liberace affectionnait la démesure et cultivait l'excès, sur scène et hors scène. Un jour de l'été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d'âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans. "Ma Vie avec Liberace" narre les coulisses de cette relation orageuse, de leur rencontre au Las Vegas Hilton à leur douloureuse rupture publique.

 

Critique : Grandiose. Ma vie avec Liberace n'est pas seulement un film superficiel de gloire, de paillettes et de show-bizz, il retrace également une histoire d'amour profonde et émouvante entre le célèbre pianiste et Scott, un inconnu transporté par le monde de la célébrité et un attachement très réaliste envers Liberace.
Tout d'abord, Matt Damon et Michael Douglas sont géniaux. Leurs interprétations sont bluffantes, vraiment.
Dans le contexte des année 1970-80, nous y découvrons l'univers de Liberace, un univers très coloré où villas, paillettes, costumes, bijoux et champagne y règnent. C'est dans ce milieu que se produit la rencontre entre Scott et ce pianiste. Leur relation grandit et vit sous nos yeux. Nous partageons leur quotidien où l'humour, le bonheur mais aussi la tristesse y règnent. L'homosexualité étant un sujet encore « tabou » à cette période, Liberace niera toujours le fait d'être gay et tiendra cela secret.
Liberace ayant « l'habitude » de changer souvent de partenaire, ce bonheur ne dure pas, et nous ne pouvons que nous émouvoir par la tournure du film et surtout, sa fin.
Les arrivées de Li' dans ses shows sont spectaculaires : il parle au public, il joue magnifiquement bien, il rit, il sourit, il sort d'une voiture qui arrive directement  sur la scène, tout est lumineux...
Beau : voilà l'adjectif qui qualifiera ce film. Steven Soderbergh, de part sa mise en scène, a réussi à nous transporter dans cette histoire d'amour difficile mais réelle, bercée par les strass, le piano et cette fin cruelle autour du sida. Bravo.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 21:45

no-pain-no-gain.jpg

Sortie de "No Pain No Gain" : 11 Septembre 2013

Réalisation : Michael Bay

 

Note : 4,5/5

 

Résumé : À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.
NO PAIN NO GAIN s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement… Rien ne se déroule jamais comme prévu.

 

Critique : Un gros coup de cœur pour ce film ! Certains pourront dire que c'est « débile », d'autres que c'est absurde, mais c'est ça qui fait le charme du film. Basé sur un fait-divers, No Pain No Gain raconte l'histoire vraie de trois culturistes kidnappant un plein aux as afin de lui retirer tous ses biens.
Le trio d'acteurs est tout simplement parfait. Mark Walhberg est un acteur que j'aime beaucoup, sa prestation est toujours au top niveau en leader de ce plan diabolique, qui, malgré ses ordres, n'arrive plus à tenir la route.
Le personnage de Dwayne Johnson alias Paul est gé-nial : une géante masse de muscles et un gros dur en apparence, mais un fan de Jésus et un gros bisounours au fond. Ses tenues vestimentaires m'ont bien fait rire (t-shirt avec inscrit Team Jesus, One Way Jesus...)
Le dernier, Adrian, est plutôt considéré comme un suiveur, très attaché à son ami Lugo et romantique.
Ce trio nous montre un niveau intellectuel au-delà de nos espérances (ironie) et ils s'enfoncent de plus en plus dans les ennuis avec leurs idées absurdes (rapporter la tronçonneuse avec de l'adn d'une victime, griller des mains sur un barbecue en pleine rue...) On se marre et c'est bon !
 Victor Kershaw alias « Monk », dans le rôle de la victime, est une vraie tête à claque, vulgaire, prétentieux, mais bizarrement on veut lui venir en aide car il morfle ce gars ! La scène de son pseudo-meurtre m'a fait mourir de rire.
J'ai beaucoup aimé la mise en scène de l'histoire, les couleurs et les différentes musiques qui accompagnent le film.
C'est frais, c'est drôle, c'est fun et absurde, c'est rythmé et dynamique, bref c'est un bon moyen de se détendre comme il faut ! Et dire que c'est une histoire vraie...

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 19:02

you-re-next.jpg

Sortie de "You're Next" : 04 Septembre 2013

Réalisation : Adam Wingard

 

Note : 4/5

 

Résumé : La famille Davison est réunie dans sa maison de campagne pour célébrer l’anniversaire de mariage des parents. Alors que chacun commence à laisser éclater ses frustrations et rancoeurs, la maison est prise d’assaut par un groupe de tueurs masqués. La réunion de famille tourne au jeu de massacre, les assaillants tentent de les supprimer un à un. Mais sous ses airs d’innocente petite amie, Erin va s’avérer pleine de ressources…

 

Critique : Excellente surprise pour You're Next ! Ce film se déroulant dans un huit-clos, une famille réunie avec conjoint(e)s va se retrouver prise par une bande de tueurs portant des masques d'animaux... Pourquoi ? On l'apprend au fur et à mesure, et nos surprises ne vont que s'intensifier jusqu'à la dernière minute du film : scénario réussi.
Côté mises en scènes sanglantes, ce film m'a beaucoup fait penser à Evil Dead : certaines répliques sont parfaites, c'est gore et on se marre. C'est aussi simple que cela.
Je ne peux pas en dévoiler davantage sans spoiler le film, alors je vous conseille d'aller le voir au cinéma, vous ne serez pas déçus.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 18:57

white-house-down.jpg

Sortie de "White House Down" : 04 Septembre 2013

Réalisateur : Roland Emmerich

 

Note : 3/5

 

Résumé : Membre de la police du Capitole, John Cale vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis. Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille, le président, et le pays tout entier…

 

Critique : C'est un film d'action assez divertissant, dosé d'une touche d'humour de temps à autre. Mené par le duo Jamie Foxx/Channing Tatum, de très bons acteurs, la relation entre ces deux personnages fonctionne, colle et marche.
Bon, l'histoire est vue et revue, et assez peu crédible : un seul homme va sauver la Maison Blanche et le Président des Etats-Unis, on y croit... Cependant, on ne s'ennuie pas car le film comporte de belles scènes d'actions, du fusillades et de bastons où certains gags/répliques amusantes s'y mêlent.
Les terroristes ne sont pas d'origine étrangère (pour une fois), et ce sont des « méchants cools » : ils ne sont pas lourds ou caricaturaux dans ce type de film.
La fin est très prévisible, mais il y a tout de même un effort du côté de la surprise.
White House Down est donc un film dynamique porté par un duo qui fonctionne au top.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 08:19

Quelques photos prises au Festival de Deauville :

 

20130830_153201.jpg

20130830_190635.jpg

20130830_191753.jpg

20130830_192647.jpg

20130830_193010.jpg

20130830_193225.jpg

20130901_150612.jpg

20130901_192535.jpg

20130901_192550.jpg

20130901_192818.jpg

20130901_192825.jpg

20130902_140808.jpg

20130902_202115.jpg

20130902_202128.jpg

20130902_202728.jpg

20130903_210506.jpg

20130904_201752.jpg

20130906_111038.jpg

20130906_141637.jpg

20130906_144747.jpg

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 23:16

2013-1ERE-VERY_GOOD_GIRL.jpg

2013-1ERE-SUSPECT.jpg

2013-1ERE-SUNLIGHT.jpg

2013-1ERE-PARKLAND.jpg

2013-1ERE-NECESSARY_DEATH.jpg

39éme Festival du Cinéma Américain de Deauville, du 30 Août au 07 Septembre 2013.
Quelques commentaires sur les films que j'ai vu en première :

 

VERY GOOD GIRLS de Naomi Foner
Note : 3/5
Résumé : Lors de leur premier été après la fin du lycée, deux adolescentes new-yorkaises se promettent de perdre leur virginité. Lorsqu'elles tombent toutes les deux amoureuses du même artiste de street-art/de rue, l'amitié des deux jeunes filles est mise à l'épreuve/à rude épreuve pour la première fois.
Commetaire : Le film est bien, sans plus. Deux meilleures amies sont amoureuses du même gars, on devine par la suite que tout va se savoir. Il se laisse tout de même regarder et apprécier, mais je pense qu'il plaira surtout aux adolescents et aux filles. Dakota Fanning est une jeune actrice qui montera très certainement en flèche.

 

SUSPECT de Scott Walker
Note : 1,5/5
Résumé : Aux yeux de tous, Robert Hansen est un homme respecté et un père de famille attentionné. Ce que tout le monde ignore en revanche, c’est que, depuis douze ans, Robert Hansen kidnappe des jeunes femmes et abuse d’elles avant de les lâcher en pleine nature sauvage en Alaska pour les chasser et les abattre comme de vulgaires proies. Lorsque Cindy, l’une de ses victimes, parvient à lui échapper, elle se tourne vers l’inspecteur Halcombe et lui révèle des informations cruciales pour lui permettre d’arrêter le redoutable tueur en série…
Commentaire : Nicolas Cage devrait se remettre en question concernant le choix de ses films... Suspect se résume à un épisode des Experts. L'enquête avait pourtant l'air très intriguante et John Cusack dans le rôle du « méchant » paraissait une bonne idée... que neni. Il y a plein d'incohérences, la fin est « merdique », excusez-moi du terme. De plus, Vanessa Hudgens est exaspérante dans son rôle de prostituée... Ne mettez pas ce film en salles.

 

SUNLIGHT JR. de Laurie Collyer
Note : 2/5
Résumé : Melissa Winters travaille comme caissière dans l’épicerie du coin, le Sunlight Jr. Elle vit dans un motel miteux avec Richie, un ancien réparateur de télévisions qui reçoit chaque mois du gouvernement une pension d’invalidité dont il dépense la quasi-totalité dans une taverne du quartier. Le jour où leur existence semble prendre soudain une nouvelle direction, les voilà contraints d’affronter la réalité et, plus que jamais, d’oser enfin faire les choix qui s’imposent pour leur avenir.
Commentaire : Quel est le but de ce film ? Que doit-on en retenir ? Pourquoi ? Ce sont toujours les questions que je me pose. Doté d'un bon casting, comme Naomi Watts ou Matt Dillon, ce film court malheureusement à sa perte. C'est une histoire intimiste du couple et de l'entourage (la mère, l'ex, les enfants...) mais qui finalement n'est pas assez exploitée, ni approfondie et la fin se finit à la case départ.

PARKLAND de Peter Landesman
Note : 2,5/5
Résumé : 22 novembre 1963 : le président américain John F. Kennedy est assassiné à Dallas (Texas) et le monde change alors pour toujours. Une poignée de personnes ordinaires sont soudainement confrontées à des circonstances extraordinaires qui transformeront leur vie : les jeunes docteurs et infirmières de l’hôpital Parkland, le chef du bureau des services secrets de Dallas, le caméraman qui immortalise involontairement la tragédie sur pellicule – ce film deviendra le plus vu et le plus commenté de l’Histoire –, les agents du FBI qui tiennent le tueur à portée de main, le frère de Lee Harvey Oswald laissé seul avec sa famille dévastée, et enfin les agents de sécurité du président Kennedy, tous témoins du drame et de la nomination du vice-président Lyndon Johnson à la tête d’une nation dont l’innocence est à jamais perdue.
Commentaire : Parkland est un film instructif, nous renvoyant au drame concernant l'assassinant de Kennedy, et les jours qui en suivirent. Tous les citoyens ont été profondément bouleversés par la mort de leur président et le FBI & Co' n'ont pas attendu une seule seconde afin de trouver le coupable, qui ne fera pas long feu non plus... Un film mémoire qui manque tout de même de la petite étincelle en plus.

 

THE NECESSARY DEATH OF CHARLIE COUNTRYMAN de Fredrik Bond
Note : 5/5
Résumé : Complètement déboussolé après le décès de sa mère, Charlie décide de suivre son instinct et de partir pour Bucarest. Dans cette ville survoltée, il tombe amoureux de la très énigmatique Gabi. La jeune femme est malheureusement épiée par son ex, Nigel, un dangereux criminel qui n’est pas prêt à la laisser partir avec un autre. Mais Charlie, lui, est plus que jamais déterminé à gagner son coeur quitte à se sacrifier par amour.
Commentaire : J'ai adoré ! Après avoir vu beaucoup de films en compétitions, basés sur l'isolement, ce film rebooste le moral ! Porté par Shia LaBeouf, on y découvre un jeune homme totalement largué après la mort de sa mort. C'est d'ailleurs sa mère qui lui parle en tant que morte et lui conseille d'aller à Bucarest. Complètement fun, barré et déjanté, avec quelques clins d'oeil à Trainspotting, The necessary death of Charlie Countryman nous remet d'aplomb ! Le casting est aussi superbe : Evan Rachel Wood, Mads Mikkelsen,  Ruppert Grint... Une comédie romantique dont je me souviendrais.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens