Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 17:37

nymphomaniac.jpg

Sortie de « Nymphomaniac : Volume 1 » : 01 Janvier 2014
Réalisation : Lars Von Trier


Note : 3,5/5

Résumé : La folle et poétique histoire du parcours érotique d'une femme, de sa naissance jusqu'à l'âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s'est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l'avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Critique : Nymphomaniac, Volume 1, est un film vraiment spécial, ci ce n'est original dans le bon sens du terme. Avant toute chose, ce n'est pas parce que ce film traite de la nymphomanie que c'est par conséquent un film pornographique. Les clichés, stop.
Le film est coupé en différents chapitres racontant la vie de Joe, interprétée par Charlotte Gainsbourg. Nous découvrons son enfance, sa jeunesse et sa vie en tant que jeune adulte. Dégoûtée par sa propre personne et son addiction au sexe, Joe raconte son histoire auprès du vieux et sage Seligman, qui l'a recueillie dans la rue. Ce n'est donc pas simplement du « cul », mais une forte et réelle addiction qui détruit cette femme autant qu'elle la couvre de plaisir.
Il y a effectivement beaucoup de scènes sexuelles mais rien n'est « sale ». Elles sont tournées de sorte à ne pas choquer, mais plutôt à accentuer l'histoire de Joe, sa vie, ses désirs, sa dépendance.
Les acteurs sont tous excellents, de Shia LaBeouf à Uma Thurmann, en passant par Stacy Martin... Tourner un film comme celui-ci doit être difficile.
De plus, l'ouverture du film sur du Rammstein est simplement géniale. Cependant, ce film comporte pas mal de lenteur et on a parfois l'envie de décrocher.
J'attends avec impatience le deuxième volume afin d'en apprendre davantage sur la vie de Joe, et sur quelle morale ce film va se finir. Car Nymphomaniac est tout de même un film étrange et difficile à cerner.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 23:26

la-vie-revee-de-walter-mitty.jpgSortie de « La Vie Rêvée De Walter Mitty » : 01 Janvier 2014
Réalisation : Ben Stiller


Note : 3/5

Résumé : Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l'action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu'il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais. 

Critique : J'attendais ce film avec une vive impatience et j'en suis ressortie avec une pointe de déception. Walter Mitty est un bon film sans pour autant être grandiose et inoubliable, malheureusement...
Le côté visuel et poétique m'a beaucoup plu. Les paysages sont magnifiques, les couleurs sont vives  et cela donne envie de voyager. Walter Mitty est attachant du début jusqu'à la fin. Ce personnage dont la vie semble morose et qui s'évade par des rêves, va enfin pouvoir vivre sa propre aventure et dépasser ses limites. Courage, audace et bravoure sont ces trois qualités qui vont bercer ce film.
La première partie du film est amusante et entraînante. La fiction et la réalité se mélangent et nous apportent une bonne dose de rêverie.
La deuxième partie du film m'a moins enchanté... A force de vouloir trop faire dans le voyage initiatique, on s'y perd. Déjà, partir au Groenland et en Afghanistan pour retrouver un photographe et un bout de pellicule, c'est assez... bizarre.
La frontière du rêve s'estompe très rapidement pour passer à la réalité, trop rapidement même, et c'est surtout cela qui m'a déçu.
La vie rêvée de Walter Mitty est un très beau film, charmant et plein de romance et de poésie. Mais la rêverie s'essouffle trop vite malheureusement. Ben Stiller reste tout de même un très bon acteur et réalisateur.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 00:41

don-jon.jpg

Sortie de « Don Jon » : 25 Décembre 2013
Réalisation : Joseph Gordon-Levitt



Note : 4/5

Résumé : Jon Martello est un beau mec que ses amis ont surnommé Don Jon en raison de son talent à séduire une nouvelle fille chaque week-end. Mais pour lui, même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, bien décidée à trouver son Prince Charmant. Leur rencontre est un choc, une explosion dans la vie de chacun. Bourrés d’illusions et d’idées reçues sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir laisser tomber leurs fantasmes s’ils veulent avoir une chance de vivre enfin une vraie relation…

Critique : Don Jon, première réalisation de Joseph Gordon-Levitt, est un film qui m'a agréablement surprise, c'est une très bonne réussite. Ne croyez pas que c'est le genre de film qui ne parle que de porno sans fond. Oui, ça parle de porno, mais il y a toute une histoire autour.  Jon, addict et dépendant au porno, n'arrive pas à consolider de vraies relations réelles avec les femmes. Il lui faudra avancer et connaître certaines personnes qui vont lui faire ouvrir les yeux sur le véritable sens de l'amour et de la vie. Voici un sujet de fond réel, ajouté à une forte dose d'humour, ce qui rend le film assez hilarant et émouvant à la fois.
Les paroles sont crues sans forcément être « choquantes », certaines scènes sont tournées de manière répétitive de sorte à ce qu'on plonge dans la vie du personnage de manière amusante, (comme la musique toujours associée à la page play de ses pornos, ou encore la façon qu'à Joseph Gordon-Levitt de monter les marches de son église, les scènes répétitives de confessions tout aussi marrantes, la soeur toujours scotchée au portable...).
Scarlett Johansoon et Julianne Moore sont aussi superbes dans leurs rôles face au contraste de leurs deux personnages.
La fin s'arrête pile au bon moment, et on ressort du cinéma en étant très satisfait d'avoir vu une comédie romantique qui change de l'ordinaire. A quand une prochaine réalisation de Mr Gordon-Levitt ?

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 22:02

le-loup-de-wall-street.jpg

Sortie de « Le Loup De Wall Street » : 25 Décembre 2013
Réalisation : Martin Scorsese



Note : 5/5

Résumé : L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

Critique : Le loup de Wall Street, un film complètement déjanté et sérieux à la fois, car ce qui reste le plus surprenant, c'est qu'il soit basé sur une histoire vraie, celle de Jordan Belfort.
Interprété par Leonardo DiCaprio, incarné à la perfection, cet acteur est décidément une grande figure dans le monde du cinéma. Jonah Hill nous surprend également dans le bon sens ! J'ai eu peur que son personnage ne fasse que des apparitions aléatoires, et finalement il est très présent et apporte beaucoup à l'histoire.
Sexe, drogues, alcool et argent sont les grands mots de ce film où la décadence règne en maître. Je reconnais que trois heures de film, c'est assez long. Je pense que certaines scènes auront pu être écourtées, mais cela n'enlève en rien la qualité du film.
On rigole pas mal, et certaines scènes sont vraiment à mourir de rire, comme celle avec la drogue « Lemon » !
Aucun temps mort, l'histoire s'enchaîne avec un dynamisme et une grande facilité. Les magouilles financières entraînent une débauche totale où orgies, défonce et absence de moralité priment, et on adore ! La réalisation est d'ailleurs extrêmement réussie, notamment les plans où Leonardo DiCaprio s'adresse à nous en aparté, avant de se replonger dans le film. Ces apartés nous rappellent que tout ceci est une histoire vraie. La fin est à la hauteur du film, et malgré l'empathie que nous avons pour tous ces escrocs, ils s'en tirent tous correctement...
Le Loup de Wall Street, un film brillant et un casting très honorable !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:53

 

sur-la-terre-des-dinosaures-copie-3.jpgSortie de « Sur La Terre Des Dinosaures » : 18 Décembre 2013
Réalisation : Neil Nightingale & Barry Cook


Note : 1/5


Résumé : Située il y a 70 millions d'années, au temps où les dinosaures régnaient en maîtres sur terre, notre histoire suit les aventures de Patchi, le dernier né de sa famille. Sur le long chemin qui le mènera vers l’âge adulte, il devra survivre dans un monde sauvage et imprévisible, et faire face aux plus dangereux prédateurs.
Quand son père est tué, le jeune Patchi, son grand frère Roch, et son amie Juniper sont séparés du reste de la horde pendant la grande migration. Désormais à la recherche des siens, le  trio va devoir surmonter de nombreux obstacles, et vivre une aventure palpitante au cours de laquelle Patchi va révéler son immense courage.

Critique : Mis à part une réalisation très réussite des dinosaures et des paysages, les voix off sont absolument insupportables. Si on veut doubler un dinosaure ou n'importe quel être dans un film d'animation, soit on lui fait bouger la gueule pour faire croire que c'est lui qui parle, soit on ne fait aucune voix. Là, on a des dinosaures tout à fait normaux, avec des voix off derrière pour nous faire croire que c'est eux qui parlent, mais sans modification de la mâchoire. J'ai eu envie de quitter la salle dès les dix premières minutes... Le scénario et les dialogues sont ridicules. Je me doutais que c'était principalement pour les enfants, mais il ne faut pas en abuser non plus.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 23:14

16-ans-ou-presque.jpg

Sortie de « 16 Ans Ou Presque » : 18 Décembre 2013
Réalisation : Tristan Séguéla


Note : 2,5/5

Résumé : A 34 ans, Arnaud Mustier, avocat et philosophe, est un symbole de réussite et d'excellence. Pour son frère Jules, 16 ans, il est surtout chiant, très très chiant ! Jusqu'au jour où Arnaud est pris d'étranges pulsions et se découvre quelques boutons d'acné. Le diagnostic tombe : il souffre d'un syndrome rare de puberté tardive. Emporté par un tourbillon hormonal, et en compagnie de son frère et sa bande, il va découvrir la jeunesse qu'il n'a jamais eue.

Critique : 16 ans ou presque où l'histoire d'un avocat qui plonge dans l'adolescence, avec beaucoup d'années de retard... Je pense que beaucoup d'entre vous vont aimer cette comédie divertissante, mais ce film n'a malheureusement pas réussi à me convaincre totalement .
Pourtant, il y a de bons ingrédients : de jeunes acteurs au top, de l'humour, des fêtes, de la fraîcheur,  et bien sur Laurent Lafitte. Il incarne bien le contraste entre son personnage d'avocat intello dans le droit chemin et l'adolescent un peu attardé qu'il devient. Mais je pense que ce film à un goût de déjà vu, et même s'il est très énergique, ce sont des scénarios vus et revus. Et les jeunes passent vraiment pour de gros « crevards », c'est censé être drôle mais ça peut parfois devenir lourd d'entendre des blagues salaces à longueur de temps...
16 ans ou presque, un divertissement correct mais les comédies françaises commencent à s'essouffler...


Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:26

100--cachemire.jpgSortie de « 100% Cachemire » : 11 Décembre 2013
Réalisation : Valérie Lemercier



Note : 2,5/5

Résumé : Aleksandra et Cyrille forment un couple très chanceux très tendance qui apparemment a tout. Enfin tout, sauf un enfant. Alekseï, petit garçon russe de 7 ans va débarquer dans leur vie...

Critique : Aimant l'humour de Valérie Lemercier, et en vue de la bande-annonce assez plaisante, je m'attendais à beaucoup plus d'humour et moins de niaiseries. Le film n'est pas mauvais, mais il manque de peps.  Les insultes profanées par Valérie ou les situations embarrassantes comme celles que l'on peut voir dans la bande-annonce ne sont pas assez nombreuses. Pourtant, c'est ça qui la caractérise. Mis à part une ou deux scènes drôles, 100% cachemire apparaît comme un téléfilm divertissant que l'on peut passer sur TF1 le lundi soir...
Trop simple et gentillet à mon goût, je suis ressortie du cinéma avec une pointe de déception. En dépit de cette histoire trop fade, je ne critique en rien le jeu des acteurs, en particulier Gilles Lellouche, qui change un peu de registre. Il incarne à merveille le rôle de papa attachant, mari aimant malgré quelques déviations, et homme touchant.
100% Cachemire, un film que j'oublierais assez vite, malheureusement.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 22:04

le-hobbit-la-desolation-de-smaug.jpg

Sortie de « Le Hobbit : La Désolation De Smaug » : 11 Décembre 2013
Réalisation : Peter Jackson



Note : 4,5/5

Résumé : Les aventures de Bilbon Sacquet, paisible hobbit, qui sera entraîné, lui et une compagnie de Nains, par le magicien Gandalf pour récupérer le trésor détenu par le dragon Smaug. Au cours de ce périple, il mettra la main sur l'anneau de pouvoir que possédait Gollum...

Critique : Pouvoir faire mieux que le premier volet des aventures de Bilbon Saquet ? C'est réussi !
Qu'il est bon de retrouver l'univers de la Terre du milieu, de ces paysages époustouflants, de ces créatures magnifiques comme horrifiques, de nos chers nains favoris, de Gandalf, des elfes, de l'anneau et j'en passe... !
Encore mieux rythmé que le premier volet, beaucoup plus dense et plus entraînant, je n'aurais pas pensé que cela aurait été possible. Les deux heures quarante passent comme une flèche.
Le point le plus vif qui m'a marqué, c'est la qualité de l'image. Exceptionnelle et superbe, on s'y croirait tellement ! Les images sont spectaculaires.
Ce que j'apprécie beaucoup dans cet univers, ce sont donc les créatures diverses et variées, rythmant avec intensité les aventures de nos compères, comme les Orques ou encore les araignées géantes (j'en frissonne rien que d'y repenser). Mais celle que j'attendais le plus, c'est bien sur le dragon Smaug. Chapeau aux effets spéciaux, cette créature est parfaite ! La dernière heure nous absorbe littéralement par ce dragon.
Les combats sont également riches, parfois drôles et soutenus, et c'est avec un malin plaisir de revoir Legolas, elfe chouchou du Seigneur des Anneaux.
Il faut s'y attendre, la fin est très frustrante et nous sommes tous obligés de patienter encore un an avant la suite et fin de cette aventure...
La désolation de Smaug est une suite réussie, peuplée de fantaisie sombre, de combats intenses, de nombreuses péripéties, de personnages attachants et de paysages à en couper le souffle. Savourez !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 21:57

bad-grandpa.jpg

Sortie de « Bad Grandpa » : 11 Décembre 2013
Réalisation : Jeff Tremaine



Note : 3/5

Résumé : Le vieux Irving Zisman, quatre-vingt-six ans, parcourt les États-Unis avec un improbable compagnon : son petit-fils de huit ans, Billy.

Critique : Bad Grandpa, il faut le prendre au second, voire au troisième degré ! Les Jackass sont de retour, métamorphosés en la personne de Papy Zisman, alias Johnny Knoxville, accompagné de son petit-fils Billy. Ils se lancent dans une aventure complètement barge où se mêlent fiction et caméras cachées.
Pendant la première partie du film, j'ai trouvé cela assez lourd et lassant. Le film a du mal à se lancer du point du vue humoristique. Mais malgré un démarrage assez douteux pour ma part, je n'ai fait que rire sur la seconde moitié du film. On assiste à de véritables caméras cachées, avec des scènes complètement absurdes et hilarantes (celles dans la boite de strip-tease et dans le restaurant m'ont beaucoup fait rire). Ces scènes ne volent pas très haut, mais c'est évidemment ce qu'on attend de ce film. Ajoutées à une petite touche d'émotion familiale, on ressort du film sur une bonne note d'humour, en oubliant presque la médiocrité du début.
Ce qui est le plus savoureux, c'est d'admirer la tête des personnes piégées.
Bad Grandpa, un film à voir entres potes pour bien se marrer sans se prendre la tête.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 11:04

la-reine-des-neiges.jpg

Sortie de « La Reine Des Neiges » : 20 Novembre 2013

Réalisation : Chris Buck & Jennifer Lee



Note : 4,5/5

Résumé : Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel…  En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés, et affronter la magie qui les guette à chaque pas.

Critique : Ce Disney m'a fait rêver et retomber en enfance. Étant assez pessimiste, face à l'avalanche de ces nouveaux films d'animation, j'ai du mal à me dire que ce sont des Disney aussi. Je reste nostalgique des anciens Disney (Roi Lion, Aladdin, Hercule, Mulan, Alice, Toy Story...).
Je me suis tout de même laissée tenter à voir La Reine Des Neiges, nouveau Disney mais aussi film d'animation de Noël. Et bien j'ai retrouvé une grande part de magie dans ce film d'animation, semblable aux anciens Disney.
Tout est réuni pour passer un véritable bon moment de féerie. On y retrouve bien sur des chansons entraînantes et très jolies. Dommage qu'elles soient réparties dans la première partie du film seulement. Le visuel est époustouflant, les graphismes sont impeccables, on a des étoiles plein les yeux.
J'ai adoré l'histoire. Comme chaque Disney, on y retrouve des passages tristes (la mort des parents dès le tout début du film), le secret du pouvoir, l'envie de découverte, la liberté mais aussi la réclusion... La seconde partie du film est encore plus appréciable et intense. Chaque Disney a son histoire morale et dans celui-ci, j'ai trouvé cela très touchant.
Les personnages sont tous attachants : Elsa, Anna, Kristoff, Sven... Olaf est décidément mon chouchou du film, semblable à celui d'un petit enfant naïf, innocent, gentil et joyeux.
Pour ce Noël 2014, les studios Disney nous proposent un très beau film d'animation, où la neige et la féerie nous emportent dans cet univers magique que l'on aime tant. La Reine des Neiges plaira aux petits comme aux grands !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens