Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 22:57

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Beach Rats » : inconnue
Réalisation : Eliza Hittman

Note :
3/5

Résumé : Frankie un adolescent paumé passe un été misérable entre son père malade et sa mère qui insiste pour que celui-ci se trouve une petite amie. Le jeune homme tente d'échapper à son quotidien en traînant avec ses amis, une bande de délinquants et en flirtant sur le net avec des hommes plus âgés.

Critique : Un peu à la sauce « Moonlight », on suit la vie d'un jeune complètement paumé, refoulant son homosexualité auprès de ses proches. Tiraillé entre sa vraie nature et ce qu'il veut paraître auprès des gens, il va commettre bon nombres de faux pas. L'allure est lente, mais intéressante dans ce film intimiste, une bonne surprise.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 22:22

Sortie de « Wind River » : 30 Août 2017
Réalisation : Taylor Sheridan

Note :
3,5/5

Résumé : Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Critique  : Première réalisation réussie de Taylor Sheridan (scénariste de Sicario et Comancheria). Le cadre est très important pour l'histoire : paysages enneigés près d'une réserve indienne où les températures peuvent descendre jusqu'à un point de non-retour pour l'être humain. C'est dans ce lieu qu'une enquête va se dérouler car une femme a été retrouvée morte. Cory, traqueur et connaissant les lieux comme sa poche, va s'allier à une jeune novice du FBI pour tenter de résoudre l'affaire. La première partie du film est assez lente et on a un peu de mal à se mettre dedans. Mais au bout de 45 minutes, l'enquête prend un nouveau tournant et l'intrigue tient en haleine jusqu'à la toute fin de l'histoire. Le climat est à l'image du scénario : rude, froid et dur. La dimension humaine est aussi bien exploitée dans ce scénario : comment continuer à vivre après la perte tragique d'un être cher, comment continuer à le faire exister, à dépasser la douleur ?
Amateurs de genre thriller/policier, je vous invite à aller voir « Wind River », premier film largement satisfaisant. Hâte de voir ses prochains films.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 22:18

Sortie de « Seven Sisters » : 30 Août 2017
Réalisation : Tommy Wirkola

Note :
4/5

Résumé : 2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Critique : Je m'étais imaginée une idée de scénario avant d'aller voir ce film et finalement rien à a voir, j'ai été agréablement surprise de « Seven Sisters ». Le jeu de Noomi Rapace est d'ailleurs excellent, elle a tout de même sept rôles à interpréter. Alors oui, il y a des sœurs qui ont un peu des rôles clichés, (la timide, la rebelle, la geek...) mais en même temps c'est grâce à leur différent caractère et à leur coupe/couleur de cheveux que l'on arrive à les différencier.
Du moment que Lundi ne rentre pas le soir comme convenu, tout s'effondre. Ses sœurs vont essayer de savoir ce qu'il s'est passé et arrive le début des problèmes. J'ai trouvé l'histoire super entraînante et haletante. Il y a pas mal de mystères et de course-poursuites, le tout mélangé avec une certaine violence et parsemé d'un peu d'humour. On se doute de ce qu'il arrive aux enfants « en trop » , mais on est scotché jusqu'à la fin avec la révélation du twist, que j'ai particulièrement aimé et que je n'avais personnellement pas deviné.
Malgré quelques petits défauts, ce thriller dystopique est globalement une réussite, avec une Noomi Rapace au meilleur de sa forme. Dommage que Willem Dafoe ne soit pas aussi présent que je l'aurais espéré.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 22:17

Sortie de « Nés En Chine » : 23 Août 2017
Réalisation : Lu Chuan

Note :
4/5

Résumé : Yaya, une maman panda géant guide son petit Mei Mei alors qu’il explore le monde et gagne en indépendance.
Tao Tao, un Rhinopithèque de Roxellane -plus communément appelé singe doré – âgé de deux ans cherche sa place au sein de sa famille  après la naissance de sa petite sœur
Dawa, une panthère des neiges – un animal mystérieux rarement observé par l’homme –confrontée à l’incroyable difficulté d’élever ses deux petits dans l’un des habitats les plus hostiles et les plus impitoyables du monde.

Critique : Très joli documentaire de Disneynature. Il nous montre le rythme de vie de plusieurs animaux nés en Chine, principalement un panda et son petit, une panthère des neiges et ses deux petits, un singe doré au sein de sa famille et de façon plus globale des antilopes. Face aux saisons, on y découvre leur façon de vivre, les difficultés qu'ils rencontrent mais aussi les bons moments qu'ils passent ensemble. C'est très émouvant, aussi triste qu'attendrissant et on a le droit à de très beaux paysages. A découvrir.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 01:16

Sortie de « Death Note » : 25 Août 2017 sur Netflix
Réalsation : Adam Wingard

Note :
0,5/5

Résumé : Un étudiant trouve accidentellement un Death Note. Il suffit d'écrire le nom de la personne à châtier et d'avoir en tête son visage pour que cette dernière meure d'une crise cardiaque.

Critique : Etant une grande fan du manga, j'avais un infime espoir de visionner un film à peu près correct. Je ne sais pas pourquoi j'y ai cru, c'est une véritable honte, mais au moins j'ai beaucoup ri de l'absurdité de la chose ! Il y en a des choses à dire, par où commencer ? Déjà, les acteurs sont tous plus nuls les uns que les autres. Light est censé être un mec charismatique, intelligent et sûr de lui, on a ici tout l'inverse. Et la scène où il crie comme une fillette lors de sa rencontre avec Ryuk ; hilarant ! (ah ce n'était pas le but?) Misamisa alias Mia dans ce film n'a aucun rapport avec le manga, c'est juste une ado prétentieuse à qui on a envie de foutre des baffes. Et L, pffiouu la même rengaine. A part refaire ses postures et manger des bonbons, il est loin d'avoir un raisonnement aussi réfléchi et stratégique que celui du manga. N'oublions pas Ryuk que l'on ne voit quasiment jamais.
Le réalisateur a voulu dévié un peu (beaucoup?) de l'histoire originale, mais là ça ne va pas du tout, du tout. On se retrouve avec des morts à la « Destination Finale » et un scénario bourré d'incohérences à tout va. Je suis obligée de spoiler pour en dire davantage, attention à ceux qui ne veulent rien savoir !
[SPOIL] La règle élémentaire pour tuer un être humain avec un Death Note, on la connait tous : il suffit d'avoir le visage de la personne en tête et le nom COMPLET de cette dernière. Eh bien ici, on s'en fout, on a juste à mettre un prénom (j'espère que la personne qui écrira ce simple prénom ne va pas se tromper entre deux personnes qui ont le même prénom dites-donc...) ou encore mieux, juste un surnom « Watari » et c'est torché ! Watari qui d'ailleurs, sous l'emprise de Light se rend à l'ancien orphelinat abandonné où sont toujours bizarrement tous les dossiers des anciens pensionnaires. Light révèle immédiatement son identité à sa gourde de copine pour ensuite tuer en amoureux. Il révèle aussi son identité avec une facilité déconcertante à L, tandis que L montrera également très vite son visage. Le jeu du chat et de la souris ne durera pas fort longtemps... La fin est tout aussi ridicule : Light propose à sa tendre aimée qui l'a trahi de partir loin ensemble, mais quelle bonne idée de se planquer en haut d'une cabine de grande roue, et cerné de policiers. [FIN SPOIL]
Je peux continuer encore longtemps comme ça, les réactions débiles et incohérences fusent dans cette histoire ! Bref, pour résumer : les personnages sont tous abrutis, les incohérences sont omniprésentes, on ne respecte absolument pas le manga, même pas les règles de bases et la fin laisse un suspens complètement pourri et ridicule. Vous avez lu les mangas et vous voulez approfondir ? Regardez les animés ou encore les films japonais qui sont dix fois mieux que cette chose.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 01:15

Sortie de « 120 Battements Par Minute » : 23 Août 2017
Réalisation : Robin Campillo

Note :
4,5/5

Résumé : Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Critique : Ayant fait sensation à Cannes, « 120 battements par minute » est un film qui bouleverse, qui nous instruit davantage et nous sensibilise sur cette grave maladie, trop prise à la légère dans les années 90. On y suit donc un groupe d'activistes engagés dans l'association Act Up-Paris. On découvre leur quotidien : les réunions et débats hebdomadaires du mardi soir, les actions lancées dans les écoles, dans les laboratoires pharmaceutiques, la préparation de la GayPride... Beaucoup de mouvements, de force et de courage pour ces jeunes, dont la plupart ont été diagnostiqués séropositif. En parallèle, il y a également cette belle histoire d'amour entre Sean et Nathan. On sait d'avance comment cela va se finir, alors on savoure chaque moment. Cette histoire est autant larmoyante qu'elle en ait choquante. Comment pouvait-on être aussi indifférent face à ce fléau qui condamne à mort ? Comment se fait-il que les laboratoires prennent autant de temps avant d'annoncer leurs premiers résultats ? Comme dit Sean dans le film, « Ce n'est pas nous qui avons besoins d'eux, c'est eux qui ont besoin de nous ». Y règne un sentiment d'impuissance et d'indignation, mais aussi d'espoir et d'amour. Après une fin grande en émotions, le générique de fin défile sans bande-son, une superbe idée qui nous ramène au silence et à tout ce que nous venons de vivre pendant 2h20. Sublime.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 21:34

Sortie de « Les Proies » : 23 Août 2017
Réalisation : Sofia Coppola

Note :
3,5/5

Résumé : En pleine guerre de Sécession, dans le Sud profond, les pensionnaires d'un internat de jeunes filles recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu'elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l'atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu'à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.

Critique : Je tiens avant tout à préciser que je n'ai pas vu le film original de 1971. Nouveau film de Sofia Coppola, ce dernier exploite ici les tensions sexuelles et rivalités bien que discrètes entre les filles du pensionnat face à ce mystérieux soldat, en convalescence chez elles. Tout d'abord, les décors et les costumes sont somptueux, avec des couleurs assez sobres mais qui donnent un réel charme au film. Les dialogues aussi sont agréables à écouter et bien formulés, comme le veut l'époque et l'attitude en apparence des personnages.
Le rythme est assez lent, mais captive au fur et à mesure de l'histoire. Le caporal bien conscient de plaire à toutes les jeunes femmes, va commencer à les manipuler par de jolies paroles ou encore de belles promesses, jusqu'à un événement qui va remettre en cause sa place parmi elles. Les proies ne sont pas forcément celles que l'on croit. Malgré une petite déception vers la fin, pensant qu'elle aurait été plus poussée et travaillée que cela, l'histoire et la prestation des acteurs m'ont plu.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 21:33

Sortie de « Hitman & Bodyguard » : 23 Août 2017
Réalisation : Patrick Hughes (II)

Note :
3,5/5

Résumé : Un redoutable tueur à gages est contraint de témoigner contre son ancien employeur devant la Cour internationale de justice de La Haye. Interpol est alors chargée de l’escorter jusqu’aux Pays-Bas et engage le meilleur garde du corps du métier pour mener à bien cette mission. Mais c’était sans savoir que depuis des années, les deux hommes s’opposent : les voilà désormais obligés de s’associer pour tenter de survivre aux pires épreuves… De l’Angleterre à La Haye, ils vont vivre une aventure délirante, une succession infernale de tentatives de meurtre, de courses-poursuites pour échapper à un dictateur d’Europe de l’Est prêt à tout pour les éliminer.

Critique : Malgré un scénario et une fin prévisibles, « Hitman & Bodyguard » se révèle être une délirante comédie d'action. La toute première scène annonce d'entrée le type d'humour qui va perdurer pendant tout le film. Le duo Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson fonctionne, d'autant plus qu'ils sont opposés dans leur caractère et dans leur façon de penser, ce qui nous amène à des conversations assez drôles. C'est très dynamique, on enchaîne les courses-poursuites avec tous les moyens de transports (bateau, bus, tram, voiture...) et les fusillades à flots. Le côté exagéré de la chose avec sa touche décalée m'a plu. Un bon moment de fun.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 18:28

Sortie de « Atomic Blonde » : 16 Août 2017
Réalisation : David Leitch

Note :
3/5

Résumé : L'agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionne du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s'associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers.

Critique : « Atomic Blonde » est surtout positif dans le sens où il nous montre une Charlize Theron badass et sexy, enchainant les bagarres avec une forme olympique. Concernant le scénario, rien de très folichon. On assiste à une histoire de déjà-vu avec des espions qui se battent tous pour une liste de noms. Cela traîne parfois en longueur et je n'ai pas vraiment réussi à être absorbée par le film. De plus, petit (gros) détail qui m'a agacé, les personnages n'arrêtent pas de fumer non-stop, du début à la fin, tout le temps. Alors le côté femme fatale avec la clope, je veux bien, mais là on rentre carrément dans de l'abus, cela en devient ridicule.
Pour en revenir aux côtés positifs, donc déjà Charlize Theron. Tonique, séduisante, elle incarne très bien ce rôle. James McAvoy continue dans un rôle à moitié de cinglé, et ça lui va toujours comme un gant. Les scènes d'actions sont impressionnantes et tiennent en haleine. Les musiques et les côtés visuels avec les néons nous ramènent dans une ambiance rétro et fun. Il y a donc de bonnes intentions dans ce film mais il manque malgré tout un quelque chose pour rendre cette histoire atomique.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 21:47

Sortie de « La Tour Sombre » : 09 Août 2017
Réalisation : Nikolaj Arcel

Note :
1/5

Résumé : Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir…

Critique : La note « adapté des romans de Stephen King » ne suffira malheureusement pas à dire que ce film est bon, bien au contraire. Je tiens à préciser que je n'ai pas lu la saga. J'ai eu l'impression d'avoir affaire à un nanar. Qu'est-ce que McConaughey et Elba viennent faire dans un film aussi médiocre. On nous balance tout sans explications, (l'existence de différents mondes, les créatures des ténèbres, les Pistoleros etc), cette fameuse tour sombre, on ne la voit presque jamais. Qui la défend parce qu'elle à l'air déserte... ? Le gamin ne sert à rien à part faire avancer l'histoire par un pseudo fil conducteur. C'est torché en deux temps, trois mouvements, avec un combat final de deux minutes gênant au possible. J'ai même failli m'endormir malgré la courte durée du film. Une perte de temps.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens