Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 21:41

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Sweet Virginia » : Inconnue
Réalisation : Jamie M. Degg

Note :
3,5/5

Résumé : Le gérant d'un motel côtoie sans le savoir un dangereux tueur responsable d'un récent massacre dans une ville voisine...

Critique : Un thriller aux allures simples mais très efficace dans son contenu ! Jon Bernthal incarne donc un patron d'hôtel dont l'un de ses résidents est responsable du meurtre de trois hommes la veille. Mais ça, il ne le sait pas encore. L'acteur incarnant le meurtrier est génial, autant timide en apparence que psychopathe proliférant vulgarité et haine sur autrui. Les personnages secondaires (notamment deux femmes) sont également essentiels et reliés à l'intrigue. Rien de trop creusé, mais fonctionnant avec brio.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 21:36

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Blueprint » : Prochainement
Réalisation : Daryl Wein

Note :
2,5/5

Résumé : Un jeune Afro-américain vit à South Side, dans les quartiers sud défavorisés de Chicago. Une fusillade qui a causé la mort de l’un de ses amis l’amène à remettre en question les fondements mêmes de son identité.

Critique : Sur une base dramatique (la perte d'un être cher) et sur un contexte polémique connu (un policier blanc tue un afro-américain non armé), nous suivons donc la vie de son ami, très touché par sa mort et paumé dans sa vie (galère avec sa copine entre autre). Cela se laisse regarder mais il n'y a pas assez de profondeur dans le sujet pour être véritablement ému. Passable

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 22:29

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Avant-Première
Sortie de «  The Last Word » : Prochainement
Réalisation : Mark Pellington

Note :
1,5/5

Résumé : Harriet Lauler, une ancienne et brillante femme d'affaires, contrôle avec poigne chaque détail de son quotidien. À tel point qu'elle décide d'engager une jeune journaliste, Anne Sherman, pour écrire son éloge funèbre. Mais le texte, fruit des rencontres avec les proches d'Harriet, ne lui rendant pas vraiment hommage, elle décide d'emmener Anne dans un périple mouvementé pour tenter de corriger l'image que les autres peuvent avoir d'elle. Contre toute attente, les deux femmes vont alors pouvoir écrire, chacune, une nouvelle page de leur vie.

Critique : Je suis sûrement un peu dure sur la note, car l'histoire de « The Last Word » part d'un bon sentiment, mais ça en fait des caisses et ça finit par m'exaspérer. C'est du vu et revu : une personne âgée devenue aigrie et méchante (ici Harriet), va s'aider d'une jeune journaliste (ici Anne) pour montrer finalement qu'au fond eh bien, c'est une gentille ! Et je vais faire ma BA du jour en aidant une gamine en galère, et je vais aller dans une radio locale et me faire embaucher au bout de 10 secondes... La fin est autant niaise que prévisible, bref cela ressemble à un téléfilm de M6. Ce n'est pas ma tasse de thé.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 22:27

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Brooklyn Yiddish » : 25 Octobre 2017
Réalisation : Joshua Z. Weinstein

Note :
2,5/5

Résumé : Borough Park, quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn. Menashé, modeste employé d'une épicerie, tente de joindre les deux bouts et se bat pour la garde de son jeune fils Ruben. En effet, ayant perdu sa femme, la tradition hassidique lui interdit de l'élever seul. Mais le Grand Rabbin lui accorde de passer une semaine avec son fils ; l’ultime occasion pour Menashé de prouver qu’il peut être père dans le respect des règles de sa communauté.

Critique : Je n'ai été qu'à moitié emballée par cette histoire. Il y a un côté intéressant aux premiers abords sur la découverte de cette communauté juive ultra-religieuse, leur façon de vivre et même leurs lois qui paraissent assez poussées et c'est d'ailleurs l'objet du film : un père ne peut élever seul son fils. Seule condition, se retrouver une femme. Le personnage principal est assez attachant, maladroit et naturel à la fois. Cependant, c'est aussi ce côté axé un peu trop sur la religion qui m'a freiné et ne m'as pas permis de rentrer réellement dans ce scénario. Ce n'est pas vraiment le type de film qui m'attire, tout simplement.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 22:25

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Gook » : inconnue
Réalisation : Justin Chon

Note :
5/5

Résumé : Eli et Daniel, deux frères d'origine coréenne, gèrent un petit magasin de chaussures pour femmes situé dans un quartier majoritairement afro-américain de Los Angeles. Ils se lient d'une amitié profonde et improbable avec Kamilla, une jeune fille âgée de seulement onze ans. Un jour, les tensions raciales entre communautés atteignent leur paroxysme et des rixes – les tristement célèbres émeutes de 1992 – éclatent dans la ville. En cherchant à protéger le magasin, ce sont les notions mêmes de famille, de rêves et d'avenir que le trio va devoir être amené à reconsidérer.

Critique : Coup de cœur pour ce film indépendant qui, je l'espère, aura une date de sortie dans les salles de cinéma. Véritable drame, on y suit deux frères coréens qui s'en prennent quand même plein la gueule par les afro-américains, mais qui tiennent le coup avec leur magasin de chaussures, leurs rêves et surtout l'amitié qui les relient avec cette petite fille afro-américaine. Le scénario est parfaitement dosé et équilibré sur les différents sujets du film : conflits de bandes, conflits racistes, émeutes en second plan, l'amitié, l'espoir, les dilemmes... Les acteurs sont tops, véhiculant plein de sentiments et la fin m'a beaucoup émue. Je le redis, un grand coup de cœur.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 23:33

Sortie de « Usurpation » : 5 Septembre en VOD
Réalisation : Jonat
han Baker

Note :
3/5

Résumé : Katie déménage en ville avec sa jeune fille pour démarrer une nouvelle vie et échapper à un passé fait de violences et d'abus. Elle se lie rapidement d'amitié avec Angela, une autre mère de famille du même âge qu'elle, et son mari Brian.. La relation entre les trois personnages se développe au fil du temps. Mais Angela soupçonne rapidement Katie de ne pas avoir de bonnes intentions envers sa famille.

Critique : Je ne suis pas forcément au courant des films qui sortent directement sur internet, mais il m'a été donné l'occasion de pouvoir visionner celui-ci. « Usurpation » est donc un thriller assez sympa sur une jeune mère célibataire qui va se lier d'amitié à une famille, puis va peu à peu s'immiscer dans leur vie de façon nocive. Malgré des côtés assez prévisibles, l'histoire se suit sans prétention et le trio d'acteurs tient bien la route. Un bon divertissement.

Si vous voulez visionner ce film et gagner des Pass VOD sur l'Itunes Store, voici un petit jeu-concours en partenariat avec Ace-Entertainment. Il suffit de répondre à une simple question :
Quel est le prénom du personnage interprété par Nicolas Cage ?
1- John
2- Brian
3- Mike
Vous pouvez répondre en commentaire ou sur l'onglet Contact et 5 Pass seront distribués prochainement.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 23:28

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Ingrid Goes West » : inconnue
Réalisation : Matt Spicer

Note :
3,5/5

Résumé : Ingrid, jeune femme mentalement instable, devient obsédée par Taylor, spécialisée dans les réseaux sociaux et dont la vie semble parfaite. Un jour, Ingrid décide de rencontrer Taylor "dans la vraie vie". Son comportement devient alors bizarre et de plus en plus dangereux.

Critique : Sorte de drame/thriller à l'allure comique, ce film m'a bien plu, d'autant plus qu'il nous démontre tout le ridicule des réseaux sociaux, sujet de notre époque. On suit donc une fille complètement névrosée et obsédée d'une prescriptrice de mode connue via Instagram et compagnie. Elle veut s'en faire absolument une amie alors elle va s'immiscer de façon pour le moins surprenant dans sa vie. L'histoire se suit comme une lettre à la poste, et l'actrice principale incarne avec brio son personnage complexe. C'est drôle, haletant et parfois émouvant. D'une façon « Black Mirror », on dénonce aussi par là l'absurdité et la superficialité que les jeunes peuvent avoir sur les réseaux sociaux pour obtenir à tout prix un gain de popularité ; mais aussi qu'être entouré virtuellement ne veut pas forcément dire réellement. Une très bonne surprise.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 23:27

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « A Ghost Story » : inconnue
Réalisation : David Lowery

Note :
1/5

Résumé : Un homme décède et son esprit, recouvert d'un drap blanc, revient hanter le pavillon de banlieue de son épouse éplorée, afin de tenter de la consoler. Mais il se rend vite compte qu'il n'a plus aucune emprise sur le monde qui l'entoure, qu'il ne peut être désormais que le témoin passif du temps qui passe, comme passe la vie de celle qu'il a tant aimée. Fantôme errant confronté aux questions profondes et ineffables du sens de la vie, il entreprend alors un voyage cosmique à travers la mémoire et à travers l'histoire.

Critique : Le résumé m'avait l'air très intéressant et l'idée bonne, pourtant je me suis ennuyée comme un rat mort alors que le film ne dure qu'1h30. A vouloir se la jouer trop philosophique, on y perd l'envie du spectateur. Il ne se passe quasiment rien, le réalisateur nous amène les mêmes plans fixes pendant tout le film. On assiste même à la femme qui désespérée, mange une tarte pendant 10 bonnes minutes et nous, on attend... A force d'éterniser ces scènes, elles perdent de leur saveur. Très très déçue.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 23:00

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Avant-première

Sortie de « Good Time » : 13 Septembre 2017
Réalisation : Ben Safdie & Joshua Safdie

Note :
2,5/5

Résumé : Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s'enfuir mais son frère Nick est arrêté. Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s'offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline.

Critique : Je ne dirais pas que c'est un mauvais film, au contraire, mais il m'a manqué ce quelque chose qui de ce fait, m'a ennuyé. Connie va tout faire pour sortir son frère qui a été arrêté contrairement à lui, pour un braquage. L'histoire se déroule sur une seule nuit où l'on assiste aux péripéties de ce dernier pour arriver à son but. Robert Pattinson se débrouille toujours bien, mais c'est plutôt le scénario qui m'a quelque peu dérangé. Cela part bien et petit à peu, ça tourne un peu en rond et on reste passif face au déroulement des situations, sans ressentir d'émotion. De bonnes idées mais qui auront pu être tournées d'une autre manière.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 22:58

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Mary » : 13 Septembre 2017
Réalisation : Marc Webb

Note :
4/5

Résumé : Un homme se bat pour obtenir la garde de sa nièce, qui témoigne d'un don hors du commun pour les mathématiques.

Critique : Un film qui fait beaucoup de bien ! Marc Webb s'attaque aux difficultés d'être parent, et en particulier ici d'être un parent « oncle » qui doit élever sa nièce surdouée. Quels choix sont les bons ? Et surtout Mary pourra t-elle avoir une enfance normale, qu'est-ce que sa mère aurait voulu ? Autant de questions posées dans cette histoire à laquelle Franck va tenter de répondre. La jeune actrice incarnant Mary est tout simplement adorable, elle a fait grande sensation. On oscille entre émotion, tristesse, joie et beaucoup d'humour. Un très beau film familial que je vous recommande.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens