Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 00:10

Sortie de « Tous En Scène » : 25 Janvier 2017
Réalisation : Garth Jennings

Note :
3,5/5

Résumé : Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.

Critique : Un film plein de bonne humeur ! Voici l'histoire d'un Koala qui organise un concours de chant pour rebooster son théâtre. On va donc suivre son aventure, accompagné de ses auditeurs : une porc épic rockeuse, un éléphant timide, un gorille qui n'aspire pas aux projets familiaux, une truie maman à l'emploi du temps chargé et une souris très prétentieuse. Je crois que la souris est le personnage que j'ai le moins aimé, trop hautaine à mon goût pour ce genre de divertissement. Chacun a sa petite histoire et ses petites mésaventures, mais le fil conducteur reste le spectacle de chant qu'ils vont organiser tant bien que mal. La plupart des animaux sont vraiment attachants, il y en a certains qui sont bien drôles comme les 5 renards kawaï ou Gunter le cochon. On sait très bien comment va se dérouler le scénario mais on savoure tout en musique, avec des reprises de tout style. On rigole, on chante, on est même parfois ému, bref un film familial très mignon.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 00:49

Sortie de « La La Land » : 25 Janvier 2017
Réalisation : Damien Chazelle

Note :
5/5

Résumé : Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Critique : Un chef d'oeuvre ! J'ai eu un peu peur suite au buzz médiatique qu'engendre « La La Land », peur qu'on en fasse trop, mais finalement je me range clairement du côté de tous ces avis favorables. Tout est pétillant dans ce film ! Je salue tout d'abord une réalisation exceptionnelle, proche de la perfection : les couleurs, les cadrages, les mises en scène, les décors, les paysages, les costumes et j'en passe, absolument tout est maîtrisé de A à Z. Damien Chazelle a un talent inouï.
Les chansons sont superbes, surtout celle du début, c'est une chanson qui restera longtemps dans la tête. Les chorégraphies idem, un coup de cœur pour la scène des claquettes. Heureusement, le film ne fait pas que comédie musicale, il y a du chant oui, mais pas tout le temps, se cache une véritable histoire derrière, celle de deux personnes qui se rencontrent, qui vont s'aimer et qui chacun d'eux ont un rêve absolu et vont garder espoir malgré de nombreux échecs afin d'y parvenir. Ils vont se soutenir, s'aimer ou rencontrer des difficultés, tout ça dans une ambiance remplie de couleur et de beauté. On est transporté jusqu'à la toute fin du film, cette fin qui m'a bouleversé et à laquelle je ne m'attendais pas. Elle m'a beaucoup ému.
J'applaudis aussi le duo d'acteur, que l'on a déjà vu plusieurs fois ensemble et qui marche impeccablement. Le travail sur le chant et la danse a dû être rude, mais le résultat final est éblouissant. C'est même le terme exact pour décrire ce qu'est « La La Land », éblouissant.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 19:43

Sortie de « Live By Night » : 18 Janvier 2017
Réalisation : Ben Affleck

Note :
2,5/5

Résumé : Boston, dans les années 20. Malgré la Prohibition, l'alcool coule à flot dans les bars clandestins tenus par la mafia et il suffit d'un peu d'ambition et d'audace pour se faire une place au soleil. Fils du chef de la police de Boston, Joe Coughlin a rejeté depuis longtemps l'éducation très stricte de son père pour mener une vie de criminel. Pourtant, même chez les voyous, il existe un code d'honneur que Joe n'hésite pas à bafouer : il se met à dos un puissant caïd en lui volant son argent et sa petite amie. Sa liaison passionnelle ne tarde pas à provoquer le chaos. Entre vengeance, trahisons et ambitions contrariées, Joe quittera Boston pour s'imposer au sein de la mafia de Tampa…

Critique : Ben Affleck a réalisé des films meilleurs que celui-ci. Le principal défaut que je reproche à son film, c'est qu'il manque de rythme, on s'ennuie. Les films de gangsters sont très populaires dans le cinéma, mais ici, il n'y a rien de neuf, on assiste à du vu et revu sans nous scotcher sur notre siège, c'est bien dommage. Il se laisse quand même regarder, et on assiste à ce que l'on connait bien : les règlements de compte, les fusillades, les filles, l'alcool et la mafia, avec un côté esthétique du film plaisant. Mais il ne me restera sans doute pas en mémoire.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 23:06

Sortie de « Il A Déjà Tes Yeux » : 18 Janvier 2017
Réalisation : Lucien Jean-Baptiste

Note :
3,5/5

Résumé : Paul est marié à Sali. Tout irait pour le mieux s’ils arrivaient à avoir un enfant. Jusqu'au jour où Sali reçoit l'appel qu'ils attendent depuis si longtemps : leur dossier d'adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s'appelle Benjamin. Il est blond aux yeux bleus et il est blanc. Eux… sont noirs !

Critique : Une comédie vraiment sympa où l'on ressort content d'avoir passé un bon moment. Un couple de noirs vont avoir l'adoption d'un bébé blanc, ce qui nous amène à plein de situations clichées mais savoureuses. Alors oui, c'est très prévisible et on sait d'avance la tournure du film, c'est par moment un peu trop niais, mais globalement, l'histoire est parsemée de scènes où l'on rit aux éclats. Mention spéciale à Vincent Elbaz alias Manu en pote ringard et attachant, ainsi qu'à Marie-Sohna Condé alias Mamita, la mère complètement clichée mais adorable, ce sont les personnages les plus drôles. Sans prétention, une bonne comédie française avec un joli message à la clé.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 01:01

Sortie de « La Mécanique De l'Ombre » : 11 Janvier 2017
Réalisation : Thomas Kruithof

Note :
3,5/5

Résumé : Deux ans après un « burn-out », Duval est toujours au chômage. Contacté par un homme d’affaire énigmatique, il se voit proposer un travail simple et bien rémunéré : retranscrire des écoutes téléphoniques. Aux abois financièrement, Duval accepte sans s’interroger sur la finalité de l’organisation qui l’emploie. Précipité au cœur d’un complot politique, il doit affronter la mécanique brutale du monde souterrain des services secrets.

Critique : Pour un premier film, c'est très réussi. Nous voici dans un film d'espionnage, emmené par François Cluzet qui se retrouve pris au piège dans une spirale infernale. L'histoire tient en haleine du début à la fin, et on assiste à un énorme complot politique par le biais d'un homme qui n'a rien demandé et qui comptait juste trouver un travail. Le ton du film se veut lent mais reste prenant et mystérieux tout le long. Petite surprise française qui s'apprécie bien en ce début d'année.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 18:53

Sortie de « American Honey » : 08 Février 2017
Réalisation : Andrea Arnold

Note :
3/5

Résumé : Star, une adolescente, quitte sa famille dysfonctionelle et rejoint une équipe de vente d'abonnements de magazines, qui parcourt le midwest américain en faisant du porte à porte. Aussitôt à sa place parmi cette bande de jeunes, dont fait partie Jake, elle adopte rapidement leur style de vie, rythmé par des soirées arrosées, des petits méfaits et des amourettes…

Critique : Vu en avant-première en présence de l'actrice principale et de la réalisatrice, American Honey, prix du Jury au festival de Cannes, présente de bons comme de mauvais côtés. Pendant presque 3h, nous découvrons la vie de Star qui va parcourir l'Amérique avec une bande de jeunes pour vendre des magazines. Nous suivons également leur mode de vie, leurs fêtes, leur liberté... Je ne me suis pas ennuyée, c'est très plaisant de suivre cette fiction qui fait aussi penser à un docu sur la vie de ces jeunes, on a l'impression de vivre avec eux ce voyage, leurs amourettes, leurs soirées... Cela donne envie de faire nous aussi, un road trip et de se sentir libre, sans aucune contrainte. Sasha Lane, qui interprète Star est pétillante et on prend plaisir à la suivre. Cependant, ce qui fait le charme du film s'essouffle par la suite, la seconde partie commence à devenir répétitive, on assiste aux mêmes journées, au même mode de fonctionnement et on finit par tourner en rond jusqu'à la fin du film. J'aurais espéré une fin un peu plus explosive, quelque chose qui clôture vraiment le spectacle, mais à la place on reste sur un sentiment d'inachevé et on a pas l'impression d'avoir appris grand chose de cette histoire, à part nous avoir fait voyager pendant quelques heures...
American Honey n'est donc pas un mauvais film, bien au contraire, mais je suis restée sur ma faim.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 14:03

Sortie de « Your Name » : 28 Décembre 2016
Réalisation : Makoto Shinkai

Note :
3,5/5

Résumé : Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité... Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille ! Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?

Critique : Pas adepte des films d'animations japonais, je me suis tout de même laissée tenter en vue des notes du film. Alors je ne me suis pas prise une claque d'émotion, mais j'ai suivi avec enthousiasme cette belle histoire vraiment plus sérieuse qu'elle en a l'air. Deux ados échangent leurs corps car l'un rêve de campagne et l'autre de grande ville. Les situations sont réjouissantes, on se plaît à regarder les bourdes de l'un et de l'autre. Mais le film ne se repose pas uniquement sur ce stade de l'histoire. La seconde partie va devenir plus mystérieuse, avec de véritables enjeux, pour une fin très poétique comme les japonais adorent. J'ai été agréablement surprise par cette histoire et cette leçon de vie sur le temps qui passe. A découvrir.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 14:02

Sortie de « Quelques Minutes Après Minuit » : 04 Janvier 2017
Réalisation : Juan Antonio Bayona

Note :
3/5

Résumé : Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité…

Critique : Ce film aux abords fantastiques se distingue plutôt comme un film dramatique. Voici comment un enfant va tenter de surmonter le futur décès de sa mère et les élèves qui le tyrannisent à l'école par le biais d'un monstre-arbre imaginaire qui va lui conter trois histoires avec chacune une morale qui vont lui permettre de grandir. Alors le concept est vraiment plaisant, c'est très esthétique et le film est émouvant dans sa globalité. Cependant, je trouve que certains passages manquent de rythme, ce qui fait que je n'étais pas captivé du début à la fin. Il manque quelque chose dans cette histoire qui ne m'a pas bouleversé autant que je l'espérais. Cela reste une bonne surprise, mais pas le film du mois.

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 22:34

Sortie de « Nocturnal Animals » : 04 Janvier 2017
Réalisation : Tom Ford

Note :
5/5

Résumé : Susan Morrow, une galeriste d’art de Los Angeles, s’ennuie dans l’opulence de son existence, délaissée par son riche mari Hutton. Alors que ce dernier s’absente, encore une fois, en voyage d’affaires, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield dont elle est sans nouvelles depuis des années. Une note l’accompagne, enjoignant la jeune femme à le lire puis à le contacter lors de son passage en ville. Seule dans sa maison vide, elle entame la lecture de l’oeuvre qui lui est dédicacée.
Dans ce récit aussi violent que bouleversant, Edwards se met en scène dans le rôle de Tony Hastings, un père de famille aux prises avec un gang de voleurs de voiture ultraviolents, mené par l’imprévisible Ray Marcus. Après lui avoir fait quitter la route, le gang l’abandonne impuissant sur le bas-côté, prenant sa famille en otage. Ce n’est qu’à l’aube qu’il parvient au commissariat le plus proche, où il est pris en charge par le taciturne officier Bobby Andes . Un lien fort va se créer entre les deux hommes, et lier leurs destins dans la poursuite des suspects, coupables d’avoir donné vie au pire des cauchemars de Tony. Susan, émue par la plume de son ex-mari, ne peut s’empêcher de se remémorer les moments les plus intimes qu’ils ont partagés. Elle trouve une analogie entre le récit de fiction de son ex-mari et ses propres choix cachés derrière le vernis glacé de son existence. Au fur et à mesure de la progression du roman, la jeune femme y décèle une forme de vengeance, qui la pousse à réévaluer les décisions qui l’ont amenée à sa situation présente, et réveille une flamme qu’elle croyait perdue à jamais.

Critique : Premières sorties de l'année, je me décide à aller voir en premier « Nocturnal Animals » car mon faible se porte sur les thrillers, et y joue dedans mon acteur favori, Jake Gyllenhaal. Premier film, premier gros coup de cœur ! L'histoire mêle fiction et réalité, thriller et vengeance romanesque, remords et culpabilité, le tout dans une réalisation maîtrisée jusqu'au bout des doigts (les images, le scénario, les acteurs...) Le film se mélange sur plusieurs phases : le présent avec la vie de Susan et sa lecture du roman ; les flashbacks de sa relation passée avec Edward ; la fiction écrite par Edward. On passe de l'un à l'autre sans difficulté puisque tout est relié. Par exemple, les défauts que lui reprochaient Susan sont transcrits dans la fiction d'Edward par la métaphore. Le film choque, dérange, stresse et bouleverse, jusqu'à la scène finale où le sentiment de vengeance l'est tout autant dans la fiction que dans le réel. Pour finir, je salue le talent de tous ces acteurs : Jake Gyllenhaal toujours au sommet de son art, Amy Adams plus sombre que jamais, Michael Shannon égal à lui même, et surtout Aaron Johnson, dans la peau d'un mec totalement vicieux et pervers, c'est la première fois que je le vois dans un rôle comme celui-ci et il m'a clairement impressionné...
Un thriller véritablement épatant dans toutes ses formes !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 22:39

Sortie de « Passengers » : 28 Décembre 2016
Réalisation : Morten Tyldum

Note :
4/5

Résumé : Alors que 5000 passagers endormis pour longtemps voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, deux d’entre eux sont accidentellement tirés de leur sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Jim et Aurora doivent désormais accepter l’idée de passer le reste de leur existence à bord du vaisseau spatial. Alors qu’ils éprouvent peu à peu une indéniable attirance, ils découvrent que le vaisseau court un grave danger. La vie des milliers de passagers endormis est entre leurs mains…

Critique : Passengers est une belle romance dans un contexte de science-fiction. J'avais un peu peur que le duo Chris Pratt & Jennifer Lawrence ne colle pas, mais au contraire, il fonctionne à merveille. Réveillés 90 ans trop tôt (mais pas en même temps, je n'en dirais pas plus), dans un vaisseau spatial à destination d'une nouvelle planète, ils vont apprendre à se connaître et à s'aimer mais il y aura aussi des hauts et des bas. Le visuel dans l'espace ainsi que les scènes de perte de gravité sont superbes, la tension est là quand le vaisseau dégénère, la 3D apporte également un plus au film. Une histoire sans prétention mais qui fonctionne, on s'attache aux personnages, bref une belle histoire d'amour.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens