Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 22:48

Sortie de « Logan Lucky » : 25 Octobre 2017
Réalisation : Steven Soderbergh

Note :
2,5/5

Résumé : Deux frères pas très futés décident de monter le casse du siècle : empocher les recettes de la plus grosse course automobile de l’année. Pour réussir, ils ont besoin du meilleur braqueur de coffre-fort du pays : Joe Bang. Le problème, c’est qu’il est en prison…

Critique : La bande-annonce m'avait paru très alléchante, avec ce côté décalé et fun que j'aime énormément. Vu donc en avant-première, j'en ressors tout de même assez déçue. L'histoire est assez sympa, suivant un énorme plan de braquage du coffre-fort d'une grande course automobile. La panoplie d'acteurs regroupée dans ce film est elle aussi, très sympa. Mais j'ai trouvé l'ensemble un peu fade. Justement le côté décalé n'est pas assez poussé et reste dans l'ensemble classique. Il y a heureusement un peu d'humour parsemé, mais moins loufoque que ça en a l'air. De plus, le résumé indique que les deux frères ne sont pas très futés, or quand on voit le film, je dirais plutôt l'inverse. Le braquage en lui-même est rythmant mais dispose de petits défauts scénaristiques. Divertissant sur le coup, mais qui ne me restera pas longtemps en mémoire.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 21:35

Sortie de « Otez-Moi d'Un Doute » : 06 Septembre 2017
Réalisation : Carine Tardieu


Note : 3,5/5

Résumé : Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père.
Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection.
Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d'adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…


Critique : Un joli film français sentimental et familial, porté par une belle brochette d'acteurs authentiques. François Damien incarne tout en finesse Erwan, cet homme découvrant que son père n'est pas son père biologique. Entre découverte et amitié naissante avec son « second » père, son nouveau coup de cœur pour Anna (Cécile de France) et les difficultés qu'il rencontre avec sa fille enceinte d'un père inconnu, la vie d'Erwan va être quelque peu chamboulé. Tout se suit avec légèreté, émotion et une petite touche d'humour. Une belle surprise.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 22:41

ÇA

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Avant-première

Sortie de « Ça » : 20 Septembre 2017
Réalisation : Andy Muschietti

Note :
4/5

Résumé : Plusieurs disparitions d'enfants sont signalées dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Au même moment, une bande d'adolescents doit affronter un clown maléfique et tueur, du nom de Pennywise, qui sévit depuis des siècles. Ils vont connaître leur plus grande terreur…

Critique : Je tiens à dire avant tout que je n'ai pas lu le livre, ni vu le téléfilm de 1990. Je connaissais l'histoire, mais sans détails et il faut dire que j'ai été très ravie de cette adaptation ! La scène d'ouverture culte du film est sans doute la plus géniale et monstrueuse (l'enfant avec son manteau jaune et son bateau). Une bande d'enfants va donc essayer de mettre fin au règne tueur de Grippe-Sou. En plus d'être un thriller fantastique et horrifique, il traite également des sujets de l'enfance, la perte de l'innocence vers le passage à l'âge adulte. Il y a pas mal d'humour venant de la part de Richie, toujours à lancer des vannes efficaces. Bravo à Bill Skarsgard pour son interprétation du clown sadique, il fait froid dans le dos.
En soi, l'histoire ne fait pas non plus vraiment peur, disons que la peur s'estompe au fur et à mesure du film. La fin est assez convenue, mais cela reste tout de même une adaptation très réussie, avec un scénario entrainant, de très bons acteurs et plusieurs sursauts.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 15:53

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Avant-première

Sortie de « Mother! » : 13 Septembre 2017
Réalisation : Daren Aronofsky

Note :
5/5

Résumé : Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité.

Critique : Mais quel film ! Sûrement un des plus « barrés » que j'ai vu cette année. Aronofsky va encore plus loin que ses précédents films. Mother ! est le genre de film où il va falloir s'habituer durant toute la durée à ne rien comprendre à ce qui se déroule sous nos yeux. Et pourtant, on est complètement absorbé par l'histoire du début à la fin.
Jennifer Lawrence est absolument exceptionnelle dedans, on la suit non-stop, notamment par des gros plans sur son visage, on s'identifie totalement à son personnage démuni face aux événements et on ressent beaucoup d'empathie pour elle.
Elle vit dans une maison isolée autour des bois, avec son mari, écrivain en quête d'inspiration. Ancienne maison brûlée par un incendie, elle redécore l'intérieur et aime profondément son mari. Arrive Ed Harris, puis Michelle Pfeiffer, tapant l'incruste chez eux, accueillis par Javier Bardem, mais au grand désarroi de notre jeune femme. Et là le cauchemar commence, on s'enfonce dans une spirale où tout ce qui nous paraît absurde, sans gène et illogique devient au contraire, normal et logique pour tous les protagonistes sauf elle (et nous spectateurs, bien entendu).
Il y a un petit moment de répit avant de repartir de plus belle jusqu'à un effet carrément apocalyptique. Aronofsky nous a concocté un thriller véritablement angoissant, une allégorie religieuse sur le commencement et l'apocalypse. Ce film est une véritable métaphore en lui même, car comme l'a dit le réalisateur, « Mother » ce n'est pas ma mère ou ta mère, mais notre mère à tous. On ressort en se demandant si notre interprétation sera la même que celui de notre voisin. Difficile de trouver les mots exacts tellement cette œuvre part loin, un véritable voyage horrifique et psychologique. Il est clair que cela ne plaira pas à tout le monde, mais bon sang, c'est tellement bon !

 

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 23:42

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville – Compétition
Sortie de « My Friend Dahmer » : Prochainement

Réalisation :
Marc Meyers

Note : 3,5/5

Résumé : L'histoire du tueur en série américain Jeffrey Dahmer, de sa dernière année de lycée à deux semaines après la fin des cours, qui l'amène à commettre son premier meurtre.

Critique : Tiré de la BD écrite par un camarade de classe de l'époque, on découvre donc la vie de lycéen de Jeffrey Dahmer avant qu'il ne devienne le tristement célèbre tueur en série. Passablement dérangé, solitaire et ayant des hobbies assez lugubres (il conserve des cadavres d'animaux dans des bocaux et les dissout avec de l'acide), il assiste en plus à la séparation conflictuelle de ses parents. Malgré le fait qu'il va pendant une période se faire quelques amis (qui vont plus ou moins s'en servir comme objet de foire d'ailleurs), toutes ces accumulations le font avancer sur un chemin de plus en plus dangereux jusqu'au point de non-retour. Félicitations à Ross Lynch qui nous livre une superbe interprétation de ce futur psychopathe. J'aurais aimé un côté un petit peu plus sombre, mais cela en reste néanmoins une adaptation réussie.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 23:41

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « The Bachelors » : Prochainement
Réalisation : Kurt Voelker

Note :
2/5

Résumé : Suite au décès de sa femme, Bill et son fils Wes de 17 ans déménage d'une petite ville à la grande ville pour un nouveau départ. Chacun va vivre une romance qui va l'éloigner de l'autre afin de mieux se rapprocher par la suite.

Critique : Un film tout public que je qualifierais d'un peu trop gentillet et caricatural. Face à la perte d'un être cher (une mère, une épouse), Bill et son fils Wes vont démarrer une nouvelle vie et rencontrer deux femmes, permettant ainsi de « tourner la page ». Alors oui c'est mignon, mais trop classique, trop facile disons. Le réalisateur ne prend pas de risque et cela se ressent. Dommage, car cela aurait pu faire une histoire encore plus belle s'il aurait poussé un peu plus dans ce thème du deuil.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 23:21

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Avant-première

Sortie de « La Femme Du Gardien De Zoo » : en Dvd
Réalisation : Niki Caro

Note :
3,5/5

Résumé : L'histoire vraie de Jan Zabinski, gardien d'un zoo de Varsovie, et de son épouse Antonina, qui sauvèrent 300 juifs emprisonnés dans le ghetto de Varsovie suite à l'invasion des Nazis.

Critique : Une belle histoire sur le sauvetage de plusieurs centaines de juifs, tirés du ghetto de Varsovie, cachés puis sauvés par une famille s'occupant d'un zoo. Ce zoo va d'ailleurs servir de couverture et de cachette pour les juifs. Porté par la délicieuse Jessica Chastain, ce film tient bien le spectateur en haleine et on ne peut que respecter cette famille qui a pris de gros risques pour sauver d'autres être humains. Dommage que la fin tombe un peu trop dans le « mielleux » à mon goût et qu'il y ait quelques petites choses qui me paraissent un peu illogiques, mais bon, passons. Dans l'ensemble, c'est un bel hommage à ces personnes, touchabt.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 23:20

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Katie Says Goodbye » : 03 Janvier 2018
Réalisation : Wayne Roberts

Note :
4/5

Résumé : Katie, jeune femme du sud ouest américain rêve d'une nouvelle vie à San Francisco.  Elle vit ses premiers amours et se révèle d’une honnêteté désarmante. Son empathie compulsive envers les autres fait d’elle une proie facile. Sa ténacité et sa jeunesse seront mis à l'épreuve par ceux qu'elle aime le plus au monde.

Critique : Nouveau petit coup de cœur pour ce drame réaliste et intimiste. Katie est trop gentille, trop naïve, elle tient ses promesses et elle est toujours souriante. Un rien la rend heureuse, elle garde espoir en la vie. Mais quand le sort s'acharne, quand les gens vont commencer à profiter d'elle, l'histoire gentillette se transforme en véritable cauchemar. C'est un film assez dur moralement, mais on est néanmoins impressionné par la véritable force de Katie. Malgré son côté mielleux et douce se cache une femme forte. Un portrait réussi.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 23:18

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « Stupid Things » : 27 Septembre 2017
Réalisation : Amman Abbasi

Note :
2/5

Résumé : C'est l'été. Dayveon a 13 ans, et un grand frère mort trop tôt. Dans la chaleur étouffante de sa petite ville de l'Arkansas, sur son vélo, il traine sa mélancolie. Lorsqu'il intègre le gang local, les Blood, c'est à la fois la violence de ce monde et de nouveaux liens d'amitié qui font irruption dans sa vie...

Critique : Dans les films indépendants, on trouve souvent le même genre d'histoire, celle d'une quête d'identité et l'influence des gangs. Encore donc un scénario assez conventionnel, sorte de déjà-vu sur un jeune qui va intégrer un gang suite à la mort de son grand frère. C'est court mais on s'ennuie et on reste neutre face au film. Je l'oublierais sûrement vite.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 21:44

Dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville - Compétition

Sortie de « The Only Living Boy In New-York » : Prochainement
Réalisation : Marc Webb

Note :
4,5/5

Résumé : Thomas Webb vient de décrocher son diplôme universitaire et tente désormais de trouver sa place dans la société. Le jeune homme se lie d'amitié avec son voisin, un écrivain excentrique qui devient rapidement pour lui une sorte de mentor. Un jour, Thomas fait la connaissance de la jeune maîtresse de son père. Très vite une relation charnelle s'installe entre elle et Thomas, bouleversant la vie du jeune homme et les convictions qu'il pouvait avoir.

Critique : Une petite pépite qui fait chaud au cœur ! On commence à reconnaître la patte « Marc Webb » : un sujet intimiste, des personnages simples, un moment de leur vie, le tout concocté avec fraîcheur et légèreté, un vrai régal. L'histoire tourne autour de Thomas, ne savant quoi faire de sa vie, s'éprenant de la maîtresse de son père, et s'alliant d'amitié avec un voisin écrivain alcoolo excentrique, ce dernier lui fournissant idées et conseils. Ses indications vont le faire avancer, évoluer, et même complètement changer sa vie par un petit twist final extrêmement touchant. On en ressort avec le sourire, plein de bons sentiments, tout comme ce film.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens