Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 23:19

Sortie de « Dunkerque » : 19 Juillet 2017
Réalisation : Christopher Nolan

Note :
2,5/5

Résumé : Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

Critique : Malgré des critiques élogieuses concernant le nouveau film de Nolan, j'en suis ressortie très déçue ! Tout d'abord, il y a un quand même un point positif sur lequel je suis d'accord avec tous les avis : c'est spectaculaire. Pour l'avoir vu d'ailleurs en Imax, c'est grandiose visuellement. On est au cœur de l'action, que cela soit à terre, en mer ou dans le ciel, on en prend plein la vue, c'est très impressionnant. Mais cela ne suffit malheureusement pas. Le gros problème, c'est le scénario. On a plus l'impression de regarder un documentaire, sur un sujet, certes, assez méconnu et important de savoir car c'est notre histoire, mais totalement dépourvu d'émotion. Je n'ai pas eu d'attache envers les personnages, nombreux soient-ils. Entre la jetée, les avions, et les civils en mer, on passe finalement trop d'une séquence à une autre sans vraiment éprouver une réelle compassion pour ces soldats. Je vais sans doute m'attirer quelques foudres, mais c'est loin d'être le meilleur film de Nolan. De plus, on ne parle que de l'évacuation des soldats anglais sans prendre en compte les soldats français qui tentent de repousser tout de même l'ennemi, c'est un peu trop patriotique à mon goût. Je m'attendais à une claque, je m'attendais à vibrer, à être bouleversé, je suis ressortie accompagné de ma déception.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 23:00

Sortie de  « Baby Driver » : 19 Juillet 2017
Réalisation : Edgar Wright

Note :
4,5/5

Résumé : Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu.

Critique : Tellement attendu pour ma part, « Baby Driver » se révèle être l'un des films les plus funs de l'année 2017 ! On a tout d'abord un casting porté haut en couleur (Kevin Spacey, Jamie Foxx, Lily James, Jon Hamm etc) mais encore plus par son jeune acteur Ansel Elgort qui nous fait vibrer au son de sa musique et au vrombissement de son capot. A l'allure de petit bad boy avec lunettes de soleil et écouteurs aux oreilles, il n'en reste pas moins un personnage aussi fragilisé par son passé. Le film manie musique et scénario pour n'en faire qu'un, et pour cause : souffrant d'acouphène suite à un accident étant petit, Baby s'évade dans la musique, omniprésente pendant tout le film, ne servant pas ainsi juste de bande-sonore mais également de lien fort avec le personnage principal.
Le rythme va à toute vitesse, entre braquages, courses poursuites tournant mal et espoir d'évasion entre Baby et sa chérie. Car ci ce dernier a un grand talent de chauffeur et un grand cœur, il ne veut plus continuer ces coups là, forcé de le faire sous pression.
Le scénario en soi est assez classique, mais il est enrichi via la mise en scène, les cadrages et les musiques choisis par Edgar Wright. Minutieux jusque dans les détails, toujours raccordé, avec sa touche personnelle qu'on connaît si bien et qu'on adore, il a fait de « Baby Driver » un film explosif, parsemé également d'une touche d'humour et on en ressort avec le sourire.
A voir absolument !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 21:55

Sortie de « The Circle » : 12 Juillet 2017
Réalisation : James Ponsoldt

Note :
2/5

Résumé : Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c'est une opportunité en or ! Tandis qu'elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l'entreprise, Eamon Bailey, l'encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l'éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l'avenir de ses amis, de ses proches et de l'humanité tout entière…

Critique : Assez déçue de ce film qui avait pourtant un potentiel fort intéressant. Sur un thème à la « Black Mirror », nous suivons l'ascension de Mae incarnée par Emma Watson, dans une entreprise basée sur la poussée des technologies, de réseaux et médias sociaux très influente. L'entreprise va pousser de plus en plus loin l'évolution de ses produits tout en réduisant les limites de la vie privée des gens. Et pourtant sur une bonne idée de scénario, la mayonnaise ne prend pas. Le film est creux et fade, on s'ennuie. J'ai trouvé qu'Emma Watson était assez médiocre dans son rôle, certains personnages ne sont pas développés, on trouve des incohérences ou des scènes assez absurdes sans conséquences. Bref, j'ai eu un regard détaché pendant une bonne partie du film. La fin ne m'a fait ni chaud, ni froid. Pour une vraie critique des dangers des réseaux sociaux et technologies, pour une vérité qui dérange, je vous conseille la série que j'ai mentionnée plus haut, « Black Mirror ».

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 23:52

Sortie de « Spider-Man : Homecoming » : 12 Juillet 2017
Réalisation : John Watts

Note :
3,5/5

Résumé : Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui...

Critique : Troisième reboot de Spider-Man, j'avais un peu peur mais finalement il s'est révélé cool et moderne dans son genre. Tom Holland endosse à son tour le costume ! Il m'avait paru un peu saoulant dès sa première apparition à beaucoup parler et à être une pile électrique mais retournement de situation, c'est finalement ces atouts qui font de lui le nouveau charme de l'homme-araignée ainsi que son côté jeune et innocent, à vouloir rendre service à tout prix pour que l'on soit fier de lui, sans jamais vouloir tuer qui que ce soit. Mais le côté contradictoire est que plus il essaie de rendre service, plus il fait des dégâts autour de lui en tant que novice, et on ressent forcément un peu de compassion pour cet adolescent.
Michael Keaton incarne l'homme-vautour, pas de pouvoir, juste un tas de gadgets et son armure mélangée à de la « pierre/substance/force » aliene. Le personnage claque, en méchant vendeur d'armes tout en pensant à sa famille.
L'histoire suit directement la suite de Civil War, elle est dynamique et rythmée, les touches d'humour sont sympas et le temps passe vite. Effets spéciaux toujours bien dans ce genre de film, le costume de l'araignée est encore plus développé avec une technologie très pointue (quoique un peu trop abusive ?) On zappe aussi l'origine de Spider-Man et ce n'est pas plus mal car une troisième fois, cela aurait fait lourd. Il y a quelques apparitions de Tony Stark mais assez furtives, pas comme l'annonçait la bande-annonce.
Ce nouveau reboot est donc très divertissant, toujours dans l'esprit Marvel avec Tom Holland qui apporte un renouveau à la franchise sans pour autant égaler la première trilogie qui restera pour moi la seule et l'unique.

Repost 1
Published by Johanna
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 22:41

Sortie de « Moi, Moche Et Méchant 3 » : 05 Juilley 2017
Réalisation : Pierre Coffin & Kyle Balda & Eric Guillon

Note :
4/5

Résumé : Alors que Gru, totalement déprimé par sa mise à pied, tente de trouver une nouvelle voie, un mystérieux individu se présente pour l’informer du décès de son père. Dans la foulée, il lui annonce l’existence d’un frère jumeau prénommé Dru qui a exprimé le désir d’une rencontre. Ébranlé par la nouvelle, Gru interroge sa mère qui avoue son secret: après avoir donné naissance à des jumeaux, elle a divorcé en faisant la promesse à son ex-mari de disparaître totalement de sa vie en échange d’un des enfants. Tout en précisant, en substance, qu’elle n’a pas eu son mot à dire et que Gru n’est somme toute qu’un second choix. Si Gru, tout d’abord enthousiasmé à l’idée d’avoir un frère, se rend avec Lucy et les filles dans son île natale, Freedonia, pour rencontrer son jumeau, il déchante vite quand il découvre que Dru est nettement supérieur à lui, et ce en tout point. Là où Gru est un misanthrope aussi dépourvu d’emploi que de cheveux, Dru arbore une masse capillaire impressionnante, un charisme naturel et une fortune colossale héritée de son père et de son élevage de cochons. Gru est rapidement miné par un sentiment d’infériorité, quand Dru lui révèle sa faille: leur père n’a jamais vu en lui l’étoffe d’un méchant, et de ce fait ne l’a pas formé dans cette direction qui est pourtant la marque de fabrique de la famille. Avec son aide, ils pourraient à eux deux perpétuer la tradition familiale.
Gru se sent alors investi d’un rôle de «grand frère» et lui livre les secrets de l’utilisation des gadgets ultra-sophistiqués de leur père avec l’intention d’en profiter pour mettre hors d’état de nuire l’insaisissable Balthazar Bratt. Mais cette alliance se voit sérieusement menacée par un cas aggravé de rivalité gémellaire qui va vite les dépasser et les handicaper face à un ennemi à l’envergure encore inégalée.

Critique : Troisième opus et c'est toujours un régal de voir Gru, sa famille et les Minions sur grand écran ! L'histoire est assez simple mais très entraînante, se penchant sur chaque personnage, avec leurs problèmes et leurs envies. J'ai adoré le nouveau méchant, un peu has-been avec sa coupe au mulet mais hilarant, toujours en train de danser sur des musiques ambiance 80's. Les Minions sont toujours aussi « mignons », avec un humour absurde qui leur est propre. Gru découvre aussi l'existence de son frère jumeau et leur relation est bien amenée, jonglant entre rivalité et affection ; tout comme Lucy qui veut se faire accepter en tant que mère auprès des filles.
On reste dans l'univers des précédents films, l'histoire passe à une vitesse folle, on a la banane et on rigole, quoi de mieux ?

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 21:10

Sortie de « The Last Girl - Celle Qui A Tous Les Dons » : 28 Juin 2017
Réalisation : Colm McCarthy

Note :
2,5/5

Résumé : Au fin fond de la campagne anglaise, une base militaire héberge et retient prisonniers un groupe d’enfants peu ordinaires qui, malgré le fait d’avoir été infectés par un agent pathogène « zombie » qui a décimé la planète, demeurent capables de penser et de ressentir des émotions. Lorsque la base est attaquée, Melanie, qui semble être la plus surdouée d’entre eux, réussit à s’échapper en compagnie de son professeur, de deux soldats et d’une biologiste qui ne voit en elle qu’un cobaye indispensable à la découverte d’un vaccin. Dans une Angleterre dévastée, Melanie doit découvrir qui elle est vraiment et décider ainsi de son propre sort comme celui de l’humanité tout entière.

Critique : Le concept et le scénario de ce film sont plutôt pas mal et changent des histoires habituelles de zombies. Cependant, j'en suis ressortie assez déçue. Déjà, pas d'attachement aux personnages, donc on regarde le film avec une certaine distance. Niveau rythme, c'est irrégulier. Le début démarre plutôt bien, l'intrigue se met en place mais très vite cela retombe et on s'ennuie, il ne se passe pas grand chose. La fin est plutôt bien quand on réalise l'enjeu qui découle de la fillette, en quelque sorte destin de l'humanité, mais étant donné que je ne me suis pas vraiment attaché à tout ça, je n'ai pas été « secouée ». Intéressant mais pas assez captivant.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 14:49

Sortie de « Okja » : 28 Juin 2017 sur Netflix 
Réalisation : Joon-Ho Bong

Note :
5/5

Résumé : Pendant dix années idylliques, la jeune Mija s'est occupée sans relâche d'Okja, un énorme animal au grand cœur, auquel elle a tenu compagnie au beau milieu des montagnes de Corée du Sud. Mais la situation évolue quand une multinationale familiale capture Okja et transporte l'animal jusqu'à New York où Lucy Mirando, la directrice narcissique et égocentrique de l'entreprise, a de grands projets pour le cher ami de la jeune fille.
Sans tactique particulière, mais fixée sur son objectif, Mija se lance dans une véritable mission de sauvetage. Son périple éreintant se complique lorsqu'elle croise la route de différents groupes de capitalistes, démonstrateurs et consommateurs déterminés à s'emparer du destin d'Okja, tandis que la jeune Mija tente de ramener son ami en Corée.

Critique : Je l'attendais avec impatience. Enfin sorti sur Netflix, ce film m'a bouleversé. C'est une véritable pépite avec un message fort, une dénonciation de la maltraitance animale et de la consommation de masse au profit d'un business toujours plus haut, toujours plus fort... Une jeune fille s'occupant d'Okja depuis dix ans, va se la faire arracher par la multinationale et va tout faire pour la sauver du triste destin qui l'attend, aidé d'une association défendant la cause animale.
Il y a ici une belle brochettes d'acteurs : Tilda Swinton en directrice égocentrique et hypocrite, Jake Gyllenhaal en « docteur » complètement barge, Paul Dano et Steven Yeun en tant que membres de l'assoc' et dévoués à leur cause, la jeune Seo-Hyun Ahn brillante et prête à tout pour sauver son amie... Les effets numériques pour créer Okja sont aussi bluffants.
Okja est aussi associé à un tourbillon d'émotions. On passe du rire face à la caricature de certains personnages aux larmes, on est en colère, on est touché, on est ému. Certaines scènes sont assez choquantes mais au final tellement réalistes de ce qu'il se passe réellement dans ce monde sur l'abattage des animaux en masse, sans aucun respect. C'est une véritable prise de conscience que le réalisateur veut nous montrer là. Les animaux ont aussi des émotions, chose que beaucoup de gens ont tendance à oublier ! Il y a notamment une scène d'amour entre des parents « super cochons » et l'acte qu'ils vont effectuer pour sauver leur bébé, elle m'a touché en plein cœur.
Okja est donc une histoire aussi choquante qu'elle est magnifique par la forte relation qui unit Mija et son animal, à voir absolument !

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 23:11

Sortie de « Cherchez La Femme » : 28 Juin 2017
Réalisation : Sou Abadi

Note :
3,5/5

Résumé : Armand et Leila, étudiants à Science Po, forment un jeune couple. Ils projettent de partir à New York faire leur stage de fin d’études aux Nations Unies. Mais quand Mahmoud, le grand frère de Leila, revient d'un long séjour au Yémen qui l’a radicalement transformé, il s’oppose à la relation amoureuse de sa sœur et décide de l’éloigner à tout prix d’Armand. Pour s’introduire chez Mahmoud et revoir Leila, Armand n’a pas le choix : il doit enfiler le voile intégral ! Le lendemain, une certaine Schéhérazade au visage voilé sonne à la porte de Leila, et elle ne va pas laisser Mahmoud indifférent…

Critique : Un film très sympa, avec de l'humour et une jolie leçon de vie. Leila est enfermée chez elle de force par son frère complètement changé depuis son voyage au Yemen. Son copain Armand, pour continuer à la voir et organiser leur futur départ aux Nations Unies, va se déguiser en femme entièrement voilée. M ais c'est sans compter l'attirance du frère sur « lui »... Cela amène dans la première partie du film des situations cocasses et très drôles, sans jamais tomber dans le cliché ou la pathos. La deuxième partie est un peu plus sérieuse et montre que ce n'est pas la force ni la violence qui résout tout. La fin est prévisible bien entendu mais on pardonne.
C'est donc une bonne comédie sans exagération, nous promettant de bons moments de rigolade avec un petit message à la clé.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 21:22

Sortie de « Everything, Everything » : 21 Juin 2017
Réalisation : Stella Meghie

Note :
3/5

Résumé : Que feriez-vous si vous ne pouviez plus sortir de chez vous ? Ni respirer l'air pur de la mer, ni sentir la chaleur du soleil sur votre visage… ni même embrasser le garçon qui vit à côté de chez vous ? Everything, Everything raconte l'histoire d'amour insolite entre Maddy, adolescente futée, curieuse et inventive, et son voisin Olly. Car même si la jeune fille de 18 ans souffre d'une maladie l'empêchant de quitter l'environnement confiné de sa maison, le garçon refuse que ces circonstances n'entravent leur idylle.
Maddy n'aspire qu'à sortir de chez elle et à découvrir le monde extérieur et à goûter à ses premiers émois amoureux. Alors qu'ils ne se voient qu'à travers la fenêtre et ne se parlent que par SMS, Maddy et Olly nouent une relation très forte qui les pousse à braver le danger pour être ensemble… même s'ils risquent de tout perdre.

Critique : « Everything, Everything » est une romance adolescente qui se suit avec un plaisir coupable. Maddy atteinte d'une maladie qui l'empêche de sortir de chez elle, va tomber amoureuse du nouveau jeune voisin et va prendre le risque de risquer sa santé pour sortir et découvrir ce qu'est la vie, dehors. C'est assez mignon de voir le rapprochement de ces deux personnes. Il y a également un côté assez poétique dans le fait qu'elle prend plaisir à découvrir la nature, alors que la plupart des personnes n'y prête pas attention. Cependant, l'histoire tombe dans une fin que je trouve trop facile et pas assez développée, on la torche et on passe à autre chose, c'est dommage et on perd en crédibilité face à un sujet sérieux. Plaisant, mais simpliste.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 20:49

Sortie de « Baywatch : Alerte à Malibu » : 21 Juin 2017
Réalisation : Seth Gordon

Note :
3/5

Résumé : Le légendaire sauveteur Mitch Buchannon  est contraint de s’associer à une nouvelle recrue, Matt Brody, aussi ambitieux que tête brûlée ! Ensemble, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l'avenir de la Baie…

Critique : Pas si mal que ça ! Divertissement de ce début d'été, le film inspiré de la série Alerte à Malibu remplit sa fonction de comédie rythmée et pas prise de tête. Les paysages font déjà bien rêver ! On suit donc cette équipe de sauveteurs dans une enquête sur fond de trafic de drogues, de meurtres et de chantage immobilier. Il y a pas mal d'humour bien entendu, certaines scènes sont assez lourdes mais certaines autres scènes fonctionnent également très bien, on rigole quand même souvent. C'est absurde mais on aime ça. Le duo Zac Efron et Dwayne Johnson fonctionne bien et les petits caméos sont appréciés. Je m'attendais au pire, et finalement j'ai passé un bon moment.

Repost 0
Published by Johanna
commenter cet article

Présentation

  • : Cinéphile Critique
  • Cinéphile Critique
  • : Etant passionnée de cinéma, ce blog me servira à écrire mes avis personnels de films en fonction de l'actualité des sorties. Si vous souhaitez discuter d'un film, ou du cinéma en général, n'hésitez pas à poster un commentaire ;)
  • Contact

Recherche

Liens